GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Culture

    La traversée du réel

    media Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    Le « Cinéma du réel » au Centre Pompidou (18-30 mars) est l’un des plus grands festivals de films documentaires du monde ; au rendez-vous de la 32e édition, de nombreux inédits venus de tous les continents. Dans le palmarès 2010 figurent plusieurs films africains : Une mention spéciale pour "Atlantiques" de Mati Diop (France)  et « Dames en attente » de Dieudo Hamadi et Divita Wa Lusala (République Démocratique du Congo) récompensé par la Bourse Pierre et Yolande Perrault.

    « On n’a jamais vu quelqu’un dire : Au revoir, je pars mourir ». Dès la première séquence du film, le message est clair. « Atlantiques » de Mati Diop parle de Serigne, jeune homme de 20 ans qui quitte sa famille pour se mesurer aux vagues hautes comme des immeubles. La pirogue peut se briser, la destination finale et fatale reste la même. En wolof il rajoute : « Ici, il n’y a rien, que de la poussière… La pire chose qui puisse t’arriver, te déchirer le cœur, c’est d’atteindre ta destination, puis d’être reconduit au Sénégal. » C’est de la poussière qu’ils ont mise sur sa tombe le 23 décembre 2008.

    "Atlantiques" de Mati Diop (France) Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    « Un mystère qui me hante beaucoup »

    Mati Diop avait appris sa mort pendant le montage du film, mais pour elle, ça reste un documentaire : « Le mot hommage est quelque chose qui me gêne. Ce serait plutôt un film qui me permet d’entretenir un rapport plus intime avec ces jeunes Sénégalais et de m’approcher d’un mystère qui me hante beaucoup : cet acte de traverser, de se confronter à la mort, à cet âge-là. » Mati Diop, née il y a 27 ans à Paris, viens « à la fois d’ici et d’ailleurs, du Sénégal ». Elle trouve « obscène » la manière dont les médias parlent des voyages clandestins, réduits à des chiffres et au nombre de morts. Plutôt qu’avec une école de cinéma, elle aiguise son regard avec la caméra en autodidacte, à travers des résidences d’artistes et formations courtes. Une démarche qu’elle partage avec de nombreux réalisateurs africains.
     

    Dames en attente pour la liberté
     

    "Dames en attente" de Dieudo Hamadi et Divita Wa Lusala. Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    Le film « Dames en attente » de Dieudo Hamadi et Divita Wa Lusala montre une maternité à l’image d’une société qui déraille : des femmes viennent d’accoucher et sont retenues avec leur bébé en otage : elles ne sont pas en mesure de payer la facture car leur mari, fonctionnaire, subit des retards de salaire. Dans le bureau de l’administratrice s’entassent alors des chaînes hi-fi, téléviseurs, bracelets et autres gages laissés par les femmes pour retrouver leur liberté. Ce film documentaire est le résultat d’une master class à Kinshasa : un projet de formation et de développement du documentaire, conçu par le producteur congolais Djo Tunda Wa Munga, avec l’aide de la Coopération Internationale Française et Suédoise: « Nous, leur avons proposé,de former les jeunes artistes et de les laisser se questionner sur la démocratie au Congo aujourd’hui. Nous n’avons pas d’industrie pour faire un film aujourd’hui, ni de cinémas. Nous sommes dans la reconstruction. »

    Le rapport à la France

    Une nouvelle génération de cinéastes africains ? Edouard Waintrop, spécialiste du cinéma africain et directeur du festival international de films de Fribourg (Suisse) ), déclare « Oui, certainement » et ajoute : « Une chose m’a surpris : la majorité d’entre eux  travaillent encore avec l’aide de la France. Dans le cinéma de fiction, il y a une émancipation, parce qu’il y a aussi un marché local qui se développe, aussi bien au Nigeria - c’est connu, c’est un Nollywood – qu’au Burkina ou au Cameroun, alors que pour le documentaire, ce n’est pas du tout la même chose. »

    Il n’y avait aucun film africain dans la compétition internationale du festival. Mais dans la catégorie des premiers films se joue une sorte de renaissance, selon le commissaire du « Cinéma du réel » Javier Packer Comin : « Il y a peu de films qui nous arrivent de cinéastes africains. Et surtout, ce qui est dominant pour l’instant, c’est une image de l’Afrique au travers du regard des cinéastes européens. Il y avait eu énormément de films tournés chaque fois avec une image ancienne de l’Afrique. Une image parfois même jusqu’à néo-coloniale. Ces films, je n’avais pas envie de les retenir. »

    Comment décoloniser l’imaginaire ?
     

    "48" de Susana de Sousa Dias (Portugal) Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    Javier Packer Comin exige un regard qui n’est pas celui d’un dominant : « Dans ces films, le spectateur est obligé de négocier sa place. Ce ne sont pas des films où le spectateur trouve sa place confortable dès le départ. Le spectateur est aussi acteur du film, il doit travailler sur lui-même. Mon regard de spectateur fait partie de l’expérience du film. Donc mon regard fait partie du film. »
     

    Quelques films nous aident à sortir du formatage. « Le Collier et la Perle » est une sorte de lettre intime filmée, destinée à la fille du réalisateur sénégalais Mamadou Sellou Diallo. Il a documenté la grossesse et la souffrance de sa femme, la naissance de sa fille, la construction du corps féminin à travers des massages rituels, ainsi que la fabrication d’un collier de perles. « Quand on décide de faire ce film, on ne le fait pas simplement pour se dire, je vais le faire avant que les autres le fassent, avant que l’Occident le fasse, parce qu’ils ont les moyens. Il est évident que la France, l’Espagne et la Belgique réunies font plus de films en Afrique que tous les Africains réunis. Mais la question est : quelle est la portée de ces films ? », s’interroge le cinéaste.

    La charte de production équitable voudrait qu'il y ait un rapport gagnant-gagnant entre les structures de production.

    Mamadou Sellou Diallo, réalisateur sénégalais, coproduction équitable, cinéma du Réel 2010

    Réalisateur sénégalais

    31/03/2010 - par Siegfried Forster Écouter

     Une nouvelle vague du cinéma

    Pour Mamadou Sellou Diallo, cette envie vitale d’aborder des questions existentielles peut servir de déclencheur pour tout ce qui manque aujourd’hui : les salles et l’industrie du cinéma. Il fait remarquer qu’il y a de plus en plus de Sénégalais qui ont eu des formations à l’intérieur et à l’extérieur du pays. L’université Gaston Berger au Sénégal et l’Université Stendhal de Grenoble ont créé une coopération pour un Master de Réalisation Documentaire de Création. « Il y a même des initiatives sénégalaises qui ont fait naître des compétences créatives au niveau du Sénégal. Ce sont autant de choses qui sont positives et qui participent à la naissance de quelque chose, à une nouvelle vague du cinéma. » 

    "La boca del lupo" de Pietro Marcello (Italie) Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    La diffusion, nerf vital du documentaire en Afrique

    « Ils sont encore obligés de chercher l’argent en dehors de leur propre continent, ce qui les garde dans une dépendance qui est un problème » admet Sophie Goupil, productrice et présidente de l’Association des Amis du Festival du Réel. Pour Nezha Drissi, directrice générale du premier festival documentaire au Maroc (FIDA DOC), le documentaire est « un outil d’éducation populaire et civique. Même s’il n’y a pas encore de réelle production au Maroc, il faut instaurer une culture de documentaire. » Le réalisateur sénégalais Mamadou Sellou Diallou insiste: « Il faut qu’il y ait une diffusion de proximité dans les écoles, dans les quartiers. Il ne sert absolument à rien de faire des documentaires qui marchent bien dans des festivals européens, mais qui restent simplement des aventures individuelles. Les films doivent être faits d’abord pour nous-même. »

    Pendant ce temps, Culturesfrance lance une offensive pour améliorer la diffusion des documentaires africains. Le directeur Olivier Poivre d’Arvor annoncera le 15 mai à l’occasion du festival de Cannes, la création d’un fonds de préachat qui devrait dès 2011 permettre la diffusion de ces films sur des chaînes… françaises : « Notre aide va consister à préacheter un certain nombre de documentaires, cinq par an, et trouver surtout un partenaire ici en France, avec TV 5 Monde certainement, mais aussi peut-être d’autres chaînes. Il faut que les films sortent de l’enceinte formidable des festivals ou des espaces culturels, qu’ils soient montrés comme d’autres sur des chaînes de télévision. »

    Visas en attente

    Le festival « Cinéma du réel » donnerait presque l’impression d’un monde équitable s’il n’y avait pas eu un incident diplomatique : sans raison palpable, les réalisateurs congolais n’ont pu obtenir de visa - comme au festival de la Berlinale en février. Le documentaire « Dames en attente », projet sous l’égide de la coopération internationale pour la démocratisation du Congo, dévoile ainsi ironiquement la forteresse Europe ; un fait bien réel, avec une portée universelle – cela mériterait bien un documentaire.

     

     

    "To shoot an elephant" de Alberto Arce et Mohammad Rujailah (Espagne) Cnrs Images/ Comité du film ethnographique

    Palmarès du 32è festival du Cinéma du Réel

    - le Grand Prix Cinéma du réel à 48 de Susana de Sousa Dias (Portugal)
    - le Prix international de la Scam à La Bocca del lupo de Pietro Marcello (Italie)
    - le Prix Joris Ivens à La Quemadura de René Ballesteros (Chili – France)
    - le Prix du court-métrage à Grandmother de Yuki Kawamura (Japon, France)
    - le Prix des jeunes – Cinéma du réel à Happy End de Szymon Zaleski (Belgique)
    - le Prix des bibliothèques à Les Films rêvés de Eric Pauwels (Belgique)
    - le Prix Louis Marcorelles à Port of Memory de Kamal Aljafari (Palestine, France, Allemagne, Emirats Arabes Unis)
    Mention spéciale à Atlantiques de Mati Diop (France)
    - le Prix patrimoine de l’immatériel à In Purgatorio de Giovanni Cioni (Italie, France)
    - la Bourse Pierre et Yolande Perrault à Dames en attente de Dieudo Hamadi, Divita Wa Lusala (République Démocratique du Congo)
    - le Prix RED-Vectracom à To Shoot an Elephant de Alberto Arce et Mohammad Rujailah (Espagne)

     

     

     

     

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.