GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Affaire de Bouaké : un nouveau témoin auditionné par le Tribunal aux armées de Paris

    media Les militaires français de la force Licorne dans les rues d'Abidjan, en novembre 2004. Photo/AFP

    Alors que le Tribunal aux armées de Paris souhaite entendre l'ancienne ministre de la Défense Michèle Alliot Marie dans l'affaire de l’attaque du camp militaire de Bouaké, c'est un mercenaire français qui a été entendu mercredi 31 mars 2010 par le tribunal. Jean-Jacques Fuentes a vécu de près les évènements du 6 novembre 2004, puisqu'il faisait partie des soldats de fortune «enrôlés» par les forces loyalistes du président Gbagbo. Il aurait assisté la fuite des mercenaires slaves soupçonnés d'avoir mené l'attaque contre le camp militaire de Bouaké. Neuf militaires français y avaient trouvé la mort.
     

    Dans cette affaire de Bouaké, plusieurs thèses ont été avancées ces dernières années.

    Tout d'abord, celle du général Henri Poncet qui dirigeant le dispositif Licorne. C'est la piste politique. Le militaire français met en cause l'entourage du président Gbagbo. Les durs du régime auraient ordonné le bombardement du camp français sachant que la réplique de Licorne allait déclencher de violentes manifestations à Abidjan et conduire au départ de l'armée française.

    Deuxième thèse : les Forces loyalistes auraient été informées d'une réunion de l'état-major des Forces nouvelles dans le camp de Bouaké et auraient ordonné le bombardement afin de décapiter la rébellion. C'est la piste militaire.

    Enfin, la thèse de Jean-Jacques Fuentes, celle du pacte secret qui tourne mal. Le mercenaire affirme que c'est l'Élysée qui aurait indiqué des cibles rebelles à l'armée ivoirienne. Parmi ces cibles, un gymnase proche du lycée Descartes où devait se dérouler une réunion des FN. Les pilotes des avions Sukhoï-25 n'auraient pas bombardé le bon objectif et auraient détruit le camp français situé à proximité, déclenchant par la suite les représailles françaises.

    Le juge d'instruction du Tribunal aux armées de Paris, Florence Michon, espère que l'audition de Jean-Jacques Fuentes permettra de faire avancer l'enquête plus de cinq ans après les faits.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.