Un contrat militaire avec le Pakistan bloqué par Paris - France - RFI

 

  1. 18:10 TU Décryptage
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:33 TU Sessions d'information
  4. 18:40 TU Débat du jour
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Grand reportage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Sessions d'information
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Danse des mots
  23. 18:10 TU Sessions d'information
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Décryptage
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Débat du jour
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU La bande passante
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU La bande passante
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Radio foot internationale
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Radio foot internationale
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Suivez en direct l'évolution de la situation. Les antennes de RFI sont en édition spéciale jusqu'à 19h TU.

fermer

France

Chine Défense France Pakistan

Un contrat militaire avec le Pakistan bloqué par Paris

media

Selon le quotidien Le Monde, Paris a décidé de bloquer un important contrat d'équipement de défense destiné au Pakistan, de l'électronique, et des missiles qui étaient destinés à équiper l'avion de chasse pakistanais JF 17 fabriqué avec la Chine. Un contrat dont la première tranche s'élève à 1 milliard 200 millions d'euros –sur un total de 6 milliards-, qui pourrait donc tomber à l'eau, pour ne pas fâcher l'Inde, mais aussi peut-être pour protéger l'industrie aéronautique française.

Le petit chasseur sino-pakistanais JF-17 entre en service en 2007, mais très vite, les militaires pakistanais ne sont pas satisfaits de l'électronique chinoise. Ils décident alors de rééquiper leurs avions avec des systèmes européens. Les sociétés Thales et MBDA sont sélectionnées.

Selon Le Monde, en 2008, la Commission interministérielle d'étude des exportations de matériel de guerre donne un avis favorable mais, toujours selon le quotidien français, à trois semaines de la visite à Paris du Premier ministre pakistanais Youssouf Raza Gilani, Paris aurait fait volte-face. Le chef du gouvernement pakistanais est attendu le 19 avril à Paris pour une visite officielle.

Le Pakistan ne donnerait pas assez de garanties, notamment relativement à la protection de la technologie française. Des radars et des missiles dernier cri pourraient se retrouver aux mains des Chinois, maîtres d'oeuvre du programme JF-17 (Thunder).

Aux questions techniques s'ajoutent des enjeux diplomatiques et commerciaux , car la France est également en discussion pour vendre du matériel de guerre à New Delhi. Il ne faudrait donc pas froisser le voisin indien.

Enfin, si la France veut exporter son Rafale aux Emirats arabes unis, elle doit trouver un repreneur pour les Mirages 2000 de l'armée émirati. Or, ces avions pourraient être revendus au Pakistan. Mais si les JF 17 sont modernisés, l'armée pakistanaise n'aura plus besoin de ces Mirages d'occasion…
 

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.