GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: l'équipe de France a battu celle du Cameroun 3-2 en match de préparation
    Moyen-Orient

    Deux amoureux condamnés à la prison pour un baiser à Dubaï

    media

    La justice des Emirats arabes unis a confirmé dimanche 4 avril 2010 la peine de prison d'un mois de détention, suivie d'une expulsion, prononcée contre un couple britannique pour s'être embrassé sur la bouche, en public, à Dubaï. Selon leur avocat, le couple, non marié, est accusé d'avoir « commis un acte sexuel en public en s'embrassant sur la bouche ».

    Les faits remontent à novembre 2009. Deux Britanniques, lui a 24 ans et réside dans l'émirat. Elle, 25 ans, est de passage. Lors d'un dîner dans un restaurant huppé de Dubaï, il ne peuvent s'empêcher de s'embrasser furtivement. Une femme les dénonce. Ils sont arrêtés et jetés en prison.

    Dubaï passe pourtant pour être le plus permissif des émirats ou des monarchies du Golfe. Malgré cette réputation, les deux amoureux sont condamnés, en première instance, à un mois de prison chacun. La décision de faire appel leur permet de rester en liberté sous caution mais avec l'interdiction de quitter l'émirat. Le couple est jugé également pour avoir consommé de l'alcool ce qu'il reconnaît volontiers. En revanche, c'est un timide bisou qu'ils ont échangé, ce qui est permis, et non un baiser affirment les deux tourtereaux.

    Leur avocat a beau avoir contesté les faits, et notamment les contradictions de l'accusatrice, rien n'y a fait. « Elle a dit à la police les avoir vus s'embrasser et elle a dit devant le procureur que c'était son fils qui les avait vus s'embrasser » a plaidé l'avocat. Peine perdue... Les coupables envisagent peut-être un recours en cassation mais leur avocat n'a guère d'espoir !

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.