GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    En Bolivie, résultat en demi-teinte aux élections régionales pour Evo Morales

    media

    En Bolivie, résultat mitigé pour le président socialiste Evo Morales lors des élections régionales et municipales qui se sont tenues dimanche 4 avril 2010. Les résultats officiels ne seront pas connus avant plusieurs mais, d’après les estimations des différents instituts de sondage, le parti majoritaire MAS gagnerait entre 4 et 7 des neuf régions du pays. Réélu triomphalement en décembre dernier avec plus de 63% des voix, et détenant la majorité des deux tiers au parlement, Morales s’est déclaré satisfait du vote.
     

    Avec notre correspondant à La Paz, Reza Nourmamode

    Le président Evo Morales appelle l'opposition à comprendre le processus de changement en cours 02/10/2013 Écouter

    « Nous avons aujourd’hui six régions sur neuf contre trois en 2005, c’est un pas important que nous avons réalisé » a réagi Evo Morales, une fois connues les premières estimations des résultats de ces élections régionales et municipales. Le MAS dirigeait jusqu’ici cinq régions mais deux d’entre elles ne lui étaient revenues qu’après démission du gouverneur d’opposition.

    Des estimations qui devront bien sûr être confirmées dans les jours suivants, mais le parti MAS du président socialiste conserve ses quatre places fortes dans la partie andine du pays (La Paz, Oruro, Potosí et Cochabamba) et décrocherait donc deux régions traditionnellement ancrées à droite. En revanche, pas de miracle dans les deux régions amazoniennes du Béni et surtout de Santa Cruz où l’opposition reste solidement implantée.

    Au niveau municipal, qui n’a jamais vraiment réussi au parti de Morales, le MAS reste une fois de plus en retrait et n’obtiendrait que deux ou trois des dix principales villes du pays. Cela signifie que le principal appui au pouvoir en place reste encore concentré dans les zones rurales de la Bolivie. Autre revers pour Morales : à La Paz, la capitale politique du pays, le duel fratricide avec le parti de gauche MSM (Movimiento sin miedo) a tourné à l’avantage de ce dernier, ancien allié du MAS et dirigé par le maire de la ville, Juan del Granado.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.