GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    «Pétrole contre nourriture»: Total mis en examen pour corruption en France

    media Un ouvrier irakien travaillant sur une installation pétrolière à Kirkouk, le 7 mars 1998. AFP/Karim Sahib

    C'est le géant pétrolier français lui-même qui l'a annoncé mardi 6 avril: Total a été mis en examen le 27 février dernier pour corruption dans le cadre du programme de l’ONU «Pétrole contre nourriture», une opération humanitaire mise en place pour l'Irak entre 1996 et 2003. Cet épais dossier, dans lequel plusieurs personnalités ont été mises en examen pour corruption, prend sa source dans l'Irak de Saddam Hussein.

    1990 : l’Irak envahit son voisin le Koweït. Des sanctions sont votées à l'ONU. Elles restent en vigueur après la guerre du Golfe et la libération de l’émirat par une coalition internationale l’année suivante. L’Irak, grand pays producteur de pétrole, est alors placé sous embargo.

    Mais en 1996, un système d'allègement de ces sanctions est mis en place, sous l'égide des Nations unies. Bagdad peut vendre une partie de son or noir, à condition que les revenus servent à acheter de la nourriture et d'autres biens pour la population irakienne.

    Mais ce programme « Pétrole contre nourriture » se transforme rapidement en une gigantesque machine à corrompre. Le régime de Saddam Hussein « arrose » des entreprises et des personnalités étrangères. L’objectif de cette corruption est double : tricher sur la quantité de pétrole réellement exportée et, deuxièmement, entretenir un vaste réseau d'amitié et de soutien au pouvoir irakien de l'époque.

    En 2002, le scandale éclate. Une commission d'enquête américaine met en cause 2 200 entreprises issues de 66 pays, Russie, Chine, France… Cent quatre-vingts entreprises françaises auraient ainsi trempé dans le pétrole sale de ce scandale.

    Commence alors le volet judiciaire de l'affaire « Pétrole contre nourriture ». Une vingtaine de personnes sont mises en examen y compris l'ancien ministre Charles Pasqua et le PDG de Total Christophe de Margerie. Depuis, le parquet a requis un non-lieu pour ces deux personnalités, mais l'entreprise Total, elle, annonce sa mise en examen et pourrait donc être renvoyée devant un tribunal.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.