GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Moody's abaisse la note du Royaume-Uni en raison des incertitudes liées au Brexit
    • Discours de Theresa May sur le Brexit: Emmanuel Macron note des «avancées»
    • Restructuration de Nokia: Macron sera «inflexible» sur les engagements de l'entreprise
    • Le référendum des Kurdes irakiens «illégitime et inacceptable» (Turquie)
    Moyen-Orient

    17 pays veulent récupérer leurs antiquités dispersées à travers le monde

    media

    "Ce qui nous a été volé doit nous être rendu", avait martelé Zahi Hawass, le très influent chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes (CSA). L'Egypte organise ce 7 et 8 avril 2010 la "conférence pour la protection et la restitution du patrimoine culturel". Le CSA tablait initialement sur la présence d'une trentaine de pays. Ils seront finalement seize pays, en plus de l'Egypte, à participer à ce débat : la Bolivie, la Chine, Chypre, la Corée du sud, l'Espagne, la Grèce, le Guatemala, le Honduras, l'Inde, l'Italie, l'Irak, la Libye, le Mexique, le Nigeria, le Sri Lanka et la Syrie.


     

    « Icône mondiale »

     

    Le buste de la reine Néfertiti sculpté par Thoutmôsis (env. 1340 av. J.-C.) fait partie de la collection égyptienne du Nouveau musée de Berlin. SMB/Musée Egyptien

    L’Egypte réclame depuis longtemps le célèbre buste de Néfertiti à Berlin et la fameuse pierre de Rosette à Londres. Le British Museum rétorque qu'il s'agit d'une "icône mondiale" qui n’appartient plus à l’Egypte. Athènes mène une bataille depuis trente ans pour la restitution de la partie des frises du Parthénon détenue là encore par le British Museum.

    Les ministres de la Culture et les directeurs de musées présents au Caire envisagent de mettre au point une liste des pièces archéologiques réclamées. La conférence travaille également sur l’amendement de la Convention de l'Unesco sur la restitution des antiquités à leur pays d'origine. Cette convention datant de 1970 affirme la non-rétroactivité des opérations antérieures à cette date. Plusieurs musées se prévalent de cette convention pour garder des pièces.
     
    Suspension de la coopération archéologique
     
    Depuis son arrivée à la tête du CSA en 2002, Zahi Hawass se vante d’avoir en tout récupéré 31.000 pièces archéologiques. Car l’Egypte n’hésite plus à menacer les pays « fautifs ». A plusieurs reprises elle a mis en pratique une suspension de sa coopération archéologique et a interdit des chantiers de fouilles sur son territoire tant que les pièces demandées ne seraient pas rendues. Depuis, de plus en plus de pays réclament la restitution de leurs trésors pillés… et obtiennent satisfaction.
    En février 2009 le Royaume-Uni avait montré la voie en rendant quelque deux mille pièces au Musée national afghan : Statues en ivoire, encensoirs en bronze, plaques de pierre ornées de scènes de combat d’animaux… En décembre 2009 le musée du Louvre avait engagé une procédure exceptionnelle et rendu cinq fragments de peintures murales vieux de plus de 3000 ans à l’Egypte. Après de longues négociations avec l'Université de Londres, l’Egypte a récupéré en mars 25.000 objets antiques remontant parfois à l'âge de pierre, ainsi qu'un sarcophage pharaonique saisi aux Etats-Unis plus d'un siècle après avoir été sorti illégalement.
    Reproduction de la pierre de Rosette à Figeac (France, sud-ouest) Domaine publique
    Avec la mondialisation, les Etats veulent affirmer leurs positions à travers un patrimoine culturel et naturel dont ils sont fiers.
    Edouard Planche Chargé à l'Unesco du Programme de lutte contre le trafic illicite de biens culturels 02/10/2013 - par Nathalie Amar Écouter

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.