GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Trois Italiens de l'ONG Emergency arrêtés en Afghanistan

    media Le centre chirurgical de l'ONG italienne Emergency, à Lashkar Gah, dans la province du Helmand, en Afghanistan. Emergency

    En Afghanistan, trois Italiens ont été arrêtés dans le sud du pays. Selon les autorités afghanes, ils faisaient partie d'un groupe qui préparait des attentats. Les trois hommes travaillent pour l'association privée italienne Emergency qui gère un hôpital à Lashkar Gah, dans la province du Helmand. L'organisation a affirmé que ses employés étaient innocents.

    Avec notre correspondant à Kaboul, Luc Mathieu

    Outre deux vestes explosives, les soldats britanniques et afghans ont trouvé dans une remise de l'hôpital Emergency neuf grenades, deux armes et des munitions.

    Selon un porte-parole de Gulab Mangal, le gouverneur de la province du Helmand, les trois Italiens ont été dénoncés par le responsable des réserves de l'hôpital. D'après la même source, les neuf hommes arrêtés préparaient des attentats à Lashkar Gah, le chef-lieu du Helmand. L'une des cibles aurait été le gouverneur. Les enquêteurs estiment par ailleurs que les attentats ont été planifiés par les talibans lors d'une réunion à Quetta, au Pakistan.

    L'association italienne Emergency est présente depuis 1999 en Afghanistan. Mais elle est vue avec méfiance par les autorités afghanes qui lui reprochent de soigner tous les patients, y compris des talibans présumés. L'hôpital de Lashkar Gah a accueilli en février dernier des dizaines d'Afghans blessés lors de l'offensive de Marjah, un district situé à une vingtaine de kilomètres. L'opération de l'OTAN avait mobilisé 15000 soldats. Mais les talibans restent largement actifs dans la zone.

    Emergency qualifie les accusations de complot de « ridicules »

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Gino Strada, fondateur d’Emergency, présente en Afghanistan depuis 1999, réagit sans mâcher ses mots. Pour lui, l’arrestation des deux médecins, d’un autre bénévole italien et de six Afghans, alors qu’ils travaillaient dans l’hôpital de Lashkar Gah, est une nième tentative « de faire cesser les activités de l’ONG dans cette province, sur la volonté des hommes du gouvernement, et des forces d’occupation qui le soutiennent ».

    L’organisation humanitaire a également diffusé un communiqué dans lequel elle qualifie de «ridicules» les accusations selon lesquelles, les neuf personnes arrêtées auraient organisé un complot, pour tuer le gouverneur de la province de Helmand.

    Emergency, qui demande le respect de leurs droits, affirme que ni les autorités afghanes, ni les représentants de la coalition internationale, n’ont pris contact avec ses responsables pour expliquer les raisons de ces arrestations.

    De son côté, le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a déclaré qu’il suivait le développement de cette affaire avec l’ambassade d’Italie à Kaboul et les autorités locales. Mais il a précisé qu’Emergency ne dépend absolument pas de la coopération italienne. 

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.