GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Grève des enseignants au Burundi: le gouvernement se retire des négociations

    media Le Burundi. (Carte : I.Artus/RFI)

    Rien ne va plus dans le secteur de l’enseignement public au Burundi, où les 50 000 enseignants des écoles primaires et secondaires sont en grève depuis début mars pour réclamer le paiement de quelque 38 millions de dollars, au titre d'arriérés de salaires. Aujourd'hui, c'est l'impasse car le gouvernement a annoncé qu'il se retirait des négociations vers la fin de la semaine et a exigé un conseil d'arbitrage, ce que rejettent les syndicats.

    La rupture est presque totalement consommée entre le gouvernement burundais et les principaux syndicats des enseignants. La raison : « aucune des parties ne fait confiance à l’autre », selon l’un des médiateurs dans ce conflit.

    Pour le pouvoir burundais, cette grève déclenchée à deux mois d’un marathon électoral vise à nuire le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza. Et pour preuve, le gouvernement avance qu’il venait de payer aux enseignants quelque 19 millions de dollars pour apurer le tiers des arriérés qu’il leur doit. Il n’hésite donc pas à accuser les syndicats des enseignants qui refusent tout rééchelonnent de la dette de chercher à le mettre à genoux.

    Côté syndicat, c’est tout un autre discours. On rappelle volontiers que le Parlement burundais vient de voter une loi qui prévoit d’indemniser à coup de milliards les principaux personnages de l’Etat, et que ce même Parlement est en train d’étudier une autre loi qui va améliorer le statut des soldats et policiers. Les enseignants burundais parlent donc de « mauvaise volonté et de mépris » et ils se disent prêts à aller jusqu’au bout.

    Quant aux écoliers et élèves du public et leurs parents, ils assistent impuissants à ce bras de fer, en priant le ciel pour que cette année scolaire ne soit pas annulée.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.