GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Général

    Le nuage de cendres assombrit l'économie mondiale

    media Nombre d'usines en Asie subissent des retards de livraison en raison de la fermeture des aéroports en Europe. Reuters/Stringer

    Les effets des nuages de cendre sur l’économie commencent à se sentir en dehors de l’Europe. L’économie asiatique en pâtit et le commerce africain vers l’Europe souffre. L’impact est également considérable au Proche et au Moyen-Orient. En Asie, les compagnies aériennes sont les premières à en souffrir. Elles perdent 40 millions de dollars de manque à gagner par jour, selon l’association des compagnies d’Asie-Pacifique.

    Si les avions sont cloués au sol, ce sont aussi des pièces détachées qui n’arrivent plus à destination. C’est rapidement la panne pour certains secteurs industriels dont la production fonctionne en flux tendus. En Chine, des milliers d’usines de la province du Guangdong subissent des retards de livraisons. « L’atelier du monde » comme on appelle cette région ne fonctionne plus à 100%.

    Au Japon, Nissan a annoncé ce mardi 20 avril 2010 la suspension de trois lignes de production. Il n’y a plus de systèmes d’air comprimé en stock. Ces composants fabriqués en Irlande n’ont pu être livrés. La production de 2 000 véhicules par jour est donc suspendue pour une durée indéterminée.

    En Corée du Sud, 200 000 téléphones portables de marque Samsung et LG restent sur le tarmac. Valeur de la marchandise en attente d'exportation : 30 millions de dollars. Enfin, les dirigeants de grandes entreprises sont éparpillés dans le monde entier, sans solution de retour. A la clé : des réunions et assemblées générales reportées.

    Une partie du commerce africain est aussi touchée

    L'interruption des liaisons aériennes paralyse les échanges commerciaux, en particulier ceux exigent un transport rapide entre l'Europe et l'Afrique. Bien sûr, les exportations de café ou de cacao qui se font par voie maritime ne souffrent pas. Mais les exportations de produits plus fragiles comme les fleurs sont totalement paralysées. Et le premier exportateur de fleurs coupées d'Afrique, c'est le Kenya dont les exportations de fleurs constituent le premier poste d'exportations agricoles du pays devant le thé (20% de ses recettes).

    Cette interruption des vols commerciaux a une forte incidence également au Cameroun et dans toute l'Afrique Centrale. C'est la première fois que l’Europe est inaccessible aussi longtemps.

    L’exportation des produits frais est également affectée. Au Sénégal, par exemple, plus d’une trentaine de sociétés sont concernées. En moyenne, 6 600 tonnes de poissons frais sont exportées par avion vers l’Europe, pour une valeur commerciale d’environ 26 millions de franc cfa.

    Le Proche Orient et l’Europe, deux régions interdépendantes

    Le montant des échanges entre Israël et l'Union Européenne s'est élevé à près de 30 milliards de dollars en 2009, dont 12,3 pour les exportations.

    Premières victimes au Proche-Orient des nuages de cendre donc : le transport aérien et les agriculteurs dont les produits cultivés au soleil et hautement périssables restent en partie bloqués dans les dépôts des aéroports. Sans doute un manque à gagner.

    Concernant le transport aérien, ce ne sont pas seulement les vols en partance et à destination de l'Europe qui sont touchés, mais aussi le trafic aérien qui traverse l'Europe vers le Moyen-Orient. La compagnie aérienne Emiraties Airlines de Dubaï annonce par exemple qu’elle a perdu 65 millions de dollars en raison des perturbations du trafic aérien européen. Emiraties a dû annuler quelques 250 vols et près de 100 000 de ses passagers ont été affectés, outre la suspension de 2 000 tonnes de fret.

    Mais dans tout ce chaos causé en Europe par le nuage de cendres volcaniques islandais, une banque canadienne essaye de donner de l’espoir. Selon la grande banque canadienne TD, l’économie mondiale ne devrait pas être affectée, mais si l'éruption se prolonge, la croissance en Europe sera durement touchée. Une étude publiée mardi 20 avril par cet établissement souligne que si les difficultés causées par les cendres continuaient pendant plusieurs mois, l'UE verrait sa croissance prévue en 2010 ramenée de 1,7% en 1,2% ou 0,7%.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.