GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Pourquoi le virus H1N1 était-il moins virulent que prévu ?

    media Les vaccins contre la grippe A (H1N1) de 2009 ont été développés dans les mois qui ont suivi l'émergence du virus. Reuters / Hyungwon Kang

    C'était il y a un an aujourd'hui, le 24 avril 2009, les autorités sanitaires mondiales entraient en alerte et annonçaient l’arrivée d’un nouveau virus de la grippe, le H1N1. Un an plus tard, la pandémie s’est éloignée et l’heure est désormais au bilan scientifique.

    Avec 17 700 décès recensés sur l’ensemble de la planète, l’épidémie s’est révélée beaucoup moins dévastatrice que prévue. La grippe saisonnière fait par comparaison jusqu’à 500 000 morts chaque année.

    La catastrophe annoncée n’a donc pas eu lieu et plusieurs travaux de recherches tentent actuellement de comprendre ce qui a rendu le virus moins dangereux qu’il n’y paraissait.

    Première hypothèse, il y aurait des parentés génétiques entre le virus de la grippe A et le virus de la grippe saisonnière, ce qui aurait eu pour effet d’immuniser en partie les personnes ayant déjà attrapé la grippe saisonnière. Pour celles-ci, la grippe A serait extrêmement bénine.

    Deuxième piste, la grande stabilité du virus, qui n’a pas muté au cours de sa diffusion comme le prédisaient les scénarios initiaux. En fait, certaines mutations sont apparues chez des malades isolés mais elles ne se sont jamais transmises.

    Enfin, d’après certaines études, il semble que le virus mexicain n’était pas si nouveau et qu’il aurait rencontré des systèmes immunitaires capables de lui tenir tête. Reste bien sur que le virus n’est pas mort, les chercheurs vont d’ailleurs observer de près comment il se comportera pendant l’hiver austral dans les pays du sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.