GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le cri d'alarme de l'ONU face à la crise alimentaire au Niger

    media Le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires humanitaires, John Holmes (à gauche) rencontre Salou Djibo (à droite), le chef d'escadron de la junte nigérienne, afin de parer à la crise alimentaire qui menace le pays. AFP / Sia Kambou

    La crise alimentaire « ne fait que commencer » au Niger, a averti lundi 26 avril, John Holmes. Au premier jour de sa visite dans le pays, le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des Affaires humanitaires a tenu à mettre en avant l'importance du recours à l'aide internationale. John Holmes a démarré à Niamey une visite de trois jours au Niger, où, a-t-il dit, 7,8 millions d'habitants sont en « état d'insécurité alimentaire », sur quelque 10 millions de personnes touchées par la crise au Sahel. Il répond à RFI.

    • Comment entendez-vous, dans l'immédiat, faire faire face au défi de cette crise alimentaire ?

      « Nous savons bien que cette crise ne fait que commencer. En réalité, ce n’est pas forcément le pic actuellement avec la saison de soudure (juin-octobre qui sépare les deux récoltes). Nous voulons travailler très directement avec le gouvernement, et le chef de l’Etat m’a assuré que ça va continuer comme ça. »
       

    • Est-ce qu’il y a un déplacement sur le nord-est du pays pour visiter les zones sinistrées, et est-ce que votre visite permettra de mobiliser pour débloquer les fonds attendus au Niger ?

      « Je pense que oui. J’ai vu de mes propres yeux la situation sur le terrain. J’ai parlé avec des gens affectés, avec les représentants du gouvernemement. Cela veut dire que je peux faire le plaidoyer de ces gens, de ces victimes, beaucoup plus efficacement qu’en restant à New York  ou à Genève, sans rien voir sur le terrain. C’est simple, l’objectif de la situation est de comprendre, de voir ce qui se passe, et de faire en sorte que l’effort international soit le plus efficace et le mieux coordonné possible. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.