GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Audition houleuse pour les responsables de Goldman Sachs

    media Carl Levin, président de la commission d’enquête du Sénat, durant l'audition du trader français Fabrice Tourre le 27 avril 2010. Reuters / J. Reed

    Audition pour le moins tendue, hier lundi 27 avril 2010, des responsables de la banque Goldman Sachs devant une commission du Congrès américain. Les élus cherchent à élucider les responsabilités de la banque d'investissement dans l'effondrement du système financier en 2008. Hier, les traders ont passé un moment fort peu agréable.

    Avec notre correspondante à Washington, Donaig Ledu

    Le président de la commission d’enquête du Sénat s’en étrangle presque de rage. Lassé d’entendre les cadres de la banque Goldman Sachs répéter que « peut-être », qu’ils ne « savent pas », qu’ils ont « oublié », Carl Levin ouvre le volumineux dossier posé devant lui et en extrait un courrier électronique :

    - « Et voici ce que vous disiez entre vous, à propos d’un produit financier : "Ça, c’est une affaire de merde"... Et vous leur en avez vendu pour combien de millions de dollars, de cette "affaire de merde", à vos clients ? Et vous leurs avez dit, que c’était "une affaire de merde" ? ».

    Les traders de Goldman Sachs ne savent plus, ils ont oublié. Alors certes, disent les sénateurs, ils n’ont peut être légalement pas commis d’infraction. Mais en faisant acheter par leurs clients des produits financiers douteux, en connaissance de cause, alors qu’eux-mêmes pariaient sur la chute de ces produits et voyaient venir l’effondrement du système, ils ont enfreint les régles de la morale et de l’éthique. C’est justement pour cela, expliquent aujourd’hui les démocrates, qu’il faut revoir la législation.

    Au même moment, hier, et pour la seconde fois cette semaine, la minorité républicaine du Sénat bloquait l’ouverture des débats sur cette réforme du système financier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.