GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Décès du président nigérian Umaru Yar'Adua

    media Le président nigérian, Umaru Yar'Adua, le 24 juin 2009. AFP/Pius Utomi Ekpei

    Le président nigérian Umaru Yar'Adua est décédé hier mercredi 5 mai 2010 à Abuja selon des sources présidentielles. L'information a été donnée un peu plus tôt dans la soirée par le quotidien local This DayAgé de 58 ans, le président était très malade, au point que le vice président Goodluck Jonathan a reçu en février dernier les pouvoirs intérimaires par le parlement.

    Umaru Yar'Adua était âgé de 58 ans. Déjà pendant la campagne présidentielle de 2007, personne n'ignorait les problèmes de santé du candidat Yar'Adua. Il avait même dû être transféré en urgence en Allemagne pour y subir des soins. Elu mais malade, il avait disparu de la scène politique nigérianne depuis des mois. 

    David Alechenu Bonaventure Mark

    Président du Sénat et 3e personnage de l'État.

    06/05/2010 Écouter

    En novembre dernier, il était hospitalisé en Arabie Saoudite pour des problèmes cardiaques. Quelques jours plus tard, son médecin personnel avait affirmé qu'il souffrait d'une péricardite aiguë, une inflammation d'une membrane entourant le coeur. Son état de santé est alors très vite devenu une affaire d'Etat.

    Durant des semaines, les autorités nigériannes resteront dans l'attente d'informations de la part de ses proches. A maintes reprises, plusieurs personnalités politiques du pays avaient demandé à ce que l'incapacité du président soit constatée, pour que son vice-président Goodluck Jonathan puisse prendre officiellement et dans le respect de la constitution les rênes du pays. Un véritable bras de fer entre les pro et les anti-Yaradua s'était alors engagé, allant jusqu'à diviser le gouvernement.

    Wolé Soyinka

    Prix Nobel de littérature.

    06/05/2010 Écouter

    Le 10 février 2010, le parlement accordait les pouvoirs intérimaires au vice président Goodluck Jonathan. Une investiture contestée car constitutionnellement, le président Yaradua aurait dû notifier par écrit qu'il était dans l'incapacité de gouverner.

    Djibril Ibrahim

    Professeur de sciences politiques, directeur du Centre pour la démocratie et le développement.

    06/05/2010 Écouter

    C'est en catimini qu'il était rentré le 24 février 2010 au Nigéria mais sa maladie l'empêchait de fait de reprendre ses fonctions. Depuis ce retour surprise, Umaru Yar'Adua était resté invisible. Aucun media n’avait pu l’approcher.

    Umaru Yar'Adua était originaire de l'Etat de Katsina dans le nord du pays. En succédant à Olusegun Obasanjo en 2007, la plupart des observateurs avaient considéré à l'époque son élection comme extrêmement frauduleuse. Sa victoire avait néanmoins été reconnue par l'ensemble de la communauté internationale.

    Bilan d'une présidence furtive

    Djibril Ibrahim est professeur de Sciences politiques au Nigeria. Il est le directeur du Center for democracy and development.  Pour RFI, il explique ce que l'on retiendra de la présidentielle de Umaru Yar'Adua, élu en avril 2007 à la place d'Olegun Obasanjo.

    La première chose est que les élections étaient les plus corrrompues de l'histoire électorale du Nigéria.

    Et deuxièmement, on n'a jamais su si le président était physiquement capable de vraiment diriger le pays, puisqu'il est devenu clair, petit à petit, qu'il était vraiment malade et pas en condition de gouverner.

    C'est ce que tout le monde va retenir de ce président, qui n'a pas été un vrai président en charge du pays. Il y avait ce problème de savoir: est-ce que c'est lui qui a le soit-disant mandat? Est-il dans une position d'exercer ce mandat? Là, on était jamais sûrs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.