GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Manifestation contre la grève générale au Népal

    media La population se réunit ici à Basantapur, un quartier de Katmandou pour protester contre la grève générale initiée par les maoïstes le 7 mai 2010 REUTERS/G. Chitrakar

    Une grève générale, lancée à l’initiative des maoïstes, paralyse le Népal depuis six jours. Ce vendredi 7 mai, quelque 35 000 personnes se sont rassemblées à Katmandou pour protester contre cette grève. Les maoïstes qui contrôlent toujours 40% du Parlement exigent la démission du gouvernement et demandent à prendre la direction d'une nouvelle coalition.

    L’activité est paralysée, la circulation est extrêmement difficile, le trafic est quasi-nul... Jeudi, Katmandou a été ravitaillée sous protection militaire. Les hôpitaux concentrent le personnel sur les urgences et de façon plus anecdotique : les touristes sont coincés sur le toit du monde.

    Au sixième jour de grève général, la tension reste très vive (les positions demeurent tranchées), mais la situation est « sous contrôle ». Plusieurs villes du pays sont sous couvre-feu, la police est très mobilisée, elle fait usage de gaz lacrymogène pour éviter que la situation ne dégénère.

    A ce jour, aucune perspective de règlement en vue. Deux ans après l'abolition de la monarchie, la fin du processus révolutionnaire et les élections générales, le Népal recherche toujours la formule politique qui lui assurera une certaine stabilité et surtout, il doit finaliser l'écriture de sa Constitution. Une échéance a été fixée à la fin du mois pour produire un premier document mais, à ce stade, personne n'y croît plus.

    Ça bloque également sur l'avenir du gouvernement. Pour les maoïstes, la démission de l'exécutif est un préalable à tout engagement. Et puis il y a toujours cette question de la réintégration des quelque 20 000 ex-combattants maoïstes dans la vie civile qui n'est toujours pas réglée.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.