GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le procureur de la CPI au Kenya pour rassembler les preuves sur les violences post-électorales

    media Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la CPI «pense qu'il est important de poursuivre ces crimes afin d'être sûr que les élections de 2012 au Kenya seront calmes.» Reuters/Mohamed Dahir

    Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la CPI, la Cour pénale internationale, entame ce samedi 8 mai 2010 une mission d'enquête de cinq jours au Kenya. Les investigations du procureur de la CPI porteront sur les violences post-électorales qui ont secoué ce pays entre fin 2007 et début 2008. Elles avaient fait plusieurs centaines de morts. Luis Moreno-Ocampo qui prévoit toute une série de rencontres, a donné une première conférence de presse ce samedi 8 mai à Nairobi.

    Luis Moreno-Ocampo espère boucler son enquête d’ici six à sept mois, pour qu’à la fin de l’année 2010 des mandats d’arrêt soient émis. Le procureur a insisté à maintes reprises sur le fait qu’il ne pourrait pas enquêter sur tous les incidents qui se sont déroulés sur la période de 2005 à 2009 : « L’enquête commence tout juste. Nous rassemblons les preuves, mais nous n’avons, pour le moment, identifié personne comme suspect. Nous projetons de présenter au moins deux affaires, impliquant deux ou trois individus. Qui sont-ils ? Nous ne le savons pas encore. C’est pourquoi c’est le bon moment pour ceux qui voudraient clarifier leur situation, de venir nous parler. Certains ont déclaré dans les médias qu’ils voulaient nous rencontrer. Nous sommes plus qu’heureux de les rencontrer » a déclaré Luis Moreno-Ocampo.

    Si certains sont « avides » de le rencontrer, d’autres responsables politiques, mentionnés dans des rapports de commissions d’enquêtes kenyanes, ont toutefois déclaré dans la presse locale qu’ils ne souhaitaient pas rencontrer le procureur. Celui-ci a également déclaré que, pour le moment, il ne s’agissait pas d’auditionner des témoins, mais de rencontrer le maximum de gens en toute impartialité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.