GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire: l'Iran favorable à la médiation de la Turquie et du Brésil

    media

    Le chef de la diplomatie iranienne a accepté l'idée de nouvelles discussions avec les pays occidentaux sur son programme nucléaire, qui auraient lieu en Turquie.

    « Cette réunion pourrait se tenir rapidement », a déclaré Manouchehr Mottaki après un entretien vendredi 7 mai 2010 au soir à Istanbul avec son homologue turc Ahmet Davutoglu. L'Iran est favorable à une médiation de la Turquie et du Brésil, a affirmé samedi 8 mai 2010 le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Depuis plusieurs jours la diplomatie iranienne s’agite pour reprendre la négociation avec les grandes puissances sur le dossier du nucléaire. L’objectif est d’éviter de nouvelles sanctions du Conseil de sécurité.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, qui était vendredi 7 mai 2010 en visite en Turquie, a annoncé que l’Iran avait accepté l’idée de nouvelles négociations avec le groupe 5+1 (Chine, France, Royaume-Uni, Russie, Etats-Unis et l'Allemagne). Ces négociations pourraient avoir lieu en Turquie, a-t-il ajouté.

    Pour sa part, le porte-parole de la diplomatie iranienne a déclaré que l’Iran pourrait accepter que l’échange d’uranium faiblement enrichi contre du combustible pour son réacteur de recherches de Téhéran puisse avoir lieu à l’étranger. Ramin Mehmanparast a déclaré que l’Iran était favorable à la médiation de la Turquie et du Brésil pour trouver une solution à la crise.

    Les deux pays sont membres du Conseil de sécurité mais s’opposent à de nouvelles sanctions contre l’Iran.

    Le président brésilien Lula da Silva et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan doivent se rendre prochainement en Iran pour parler du nucléaire.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.