GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    La crise grecque finira-t-elle en débâcle à l’argentine ?

    media Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, a indiqué à Zurich le 11 mai 2010 n'avoir « pas de doute » qu'un renflouement financier de l'Europe pour la Grèce aiderait le pays à se replacer sur la voie de la croissance.

    Les ressemblances entre les crises grecque et argentine sont troublantes et certains experts doutent que les remèdes proposés par le FMI à la Grèce fonctionnent. En 2001, l’Argentine s’est retrouvée en défaut de paiement, d’où une profonde crise de confiance dont le pays n’est pas encore complètement sorti.

    Même si le spectre d’un défaut de paiement de la Grèce s’est éloigné avec la mise en place par l’Union européenne et le Fonds monétaire international d’un plan de sauvetage de 110 milliards d’euros, l’effondrement de l’économie argentine en 2001 reste présent dans tous les esprits. La situation de la Grèce aujourd’hui présente en effet, à bien des égards, des similitudes avec celle de l’Argentine il y a une dizaine d’années avec un fort endettement et surtout l’impossibilité pour ces deux pays d’éviter la faillite en dévaluant leur monnaie.

    La dette grecque a ainsi atteint 300 milliards d'euros, soit 113% de son Produit intérieur brut, tandis que le défaut de paiement de l’Argentine portait sur 90 milliards, le plus important de l’histoire à ce jour. Athènes a également renoncé à son indépendance monétaire en rejoignant l'euro, comme Buenos Aires l'avait fait en accrochant le peso au dollar.

    Mais là s’arrête la comparaison entre les deux pays, car si la Grèce reste plus que jamais arrimée à la monnaie unique, l’Argentine – soumise à une forte pression sociale en raison des mesures d’austérité imposées par le Fonds monétaire international – a été contrainte de tourner le dos au billet vert pour pouvoir dévaluer sa monnaie. Il faut ajouter à cela que l’Argentine était un pays isolé sur la scène internationale et sa banqueroute ne présentait pas de risque systémique. Ce n’est pas le cas de la Grèce, membre à part entière de la zone euro, et dont la faillite aurait pu s’étendre à d’autres pays du sud de l’Europe. C’est d’ailleurs le risque de contagion à des Etats comme l’Espagne, le Portugal ou l’Irlande, qui a conduit au plan de sauvetage sans précédent dont bénéficie aujourd’hui Athènes.

    Des recettes qui ont échoué en Argentine

    Mais ce qui inquiète aujourd’hui les observateurs, ce sont les contreparties réclamées à la population grecque. Le Fonds monétaire international impose en effet à la Grèce les mêmes vieilles recettes d'austérité qui n'ont pas empêché l'Argentine de couler en 2001. Les 110 milliards d’euros, dont va bénéficier le pays, ne garantissent qu’une chose : que pendant trois ans la Grèce paiera sa dette. Car en baissant les salaires et en augmentant les taxes, la compétitivité du pays sera soumise à très rude épreuve.

    En Argentine, ce type de mesures avait été suivi en 2001 par la faillite du pays. La présidente argentine Cristina Kirchner a elle-même comparé la crise économique en Grèce à la débâcle vécue par son pays à cette époque. Elle a notamment fait le parallèle entre les manifestations de ces derniers jours à Athènes et la grave crise sociale qui a secoué l’Argentine dans les années 2000. « Ces images y ressemblent trop et sont le fruit des mêmes recettes des organismes internationaux de crédit, avec suppression d'administrations municipales, réduction de salaires et ajustement » a-t-elle déploré.  
     

    Carlos Quenan 12/05/2010 Écouter

    Ecoutez l’interview de Carlos Quenan. Maître de conférences à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, il est également économiste chez Natixis

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.