GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ankara et Moscou s’entendent pour construire une centrale nucléaire en Turquie

    media Les ministres de l'Energie de la Russie, Sergueï Shmatko (g) et de la Turquie Taner Yildiz lors de la signature d'un accrod à Ankara, le 12 mai 2010. REUTERS/Murad Sezer

    La Russie a signé mercredi 12 mai 2010, à Ankara, un accord avec la Turquie pour la construction de la première centrale nucléaire turque. Le projet a été salué par le président russe Dmitri Medvedev comme le symbole des liens « stratégiques » qui unissent les deux pays. « Cet accord ouvre un nouveau chapitre dans notre coopération », a déclaré le président russe, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    « Ce sera la première fois que la Russie non seulement construit une centrale nucléaire à l’étranger, comme c’est déjà le cas en Iran et en Inde, mais qu’elle en restera aussi propriétaire », a expliqué le patron du consortium russe Atomstroyexport.

    Cette formule originale a pour principal avantage d’éviter à la Turquie de débourser la vingtaine de milliards de dollars que coûteraient ses quatre réacteurs.

    A terme, 49 % de la centrale pourront être vendus à des investisseurs, parmi lesquels des Turcs mais également des Européens se seraient d’ores et déjà montré intéressés – mais on ne connaît pas leurs noms.

    Ankara n’aura donc qu’à fournir le site pour recevoir l’électricité de sa première centrale nucléaire, d’une capacité de 4 800 Mégawatts. Mais ce n’est pas là le plus facile, car non seulement la population y est fermement opposée, la région étant exposée au risque sismique, mais en outre et surtout le conseil d’Etat a bloqué depuis cet automne la loi autorisant la mise en service de cette installation. Motif : le site justement n’est pas approprié, le prix de l’électricité produite est trop élevé et l’appel d’offre n’était pas assez ouvert puisque les Russes étaient les seuls candidats.

    Le Parlement devrait trancher dans les 10 jours, mais l’issue du vote est loin d’être garantie.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.