GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le juge espagnol Baltasar Garzon suspendu de ses fonctions

    media Le juge Garzon à la sortie du tribunal suprême de Madrid le 12 mai 2010. REUTERS/Juan Medina

    Le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) a décidé vendredi 14 mai de suspendre le juge Baltasar Garzon de ses fonctions le temps qu'il soit jugé. Le juge est accusé d'avoir voulu enquêter sur les crimes amnistiés du franquisme. Cette décision a provoqué la colère des victimes de la dictature (1939-1975) qui ont dénoncé « un jour très triste pour l'Espagne ». Baltasar Garzon, 54 ans, encourt une peine de 20 ans d'interdiction d'exercice de sa fonction de juge.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    « Garzon, le peuple espagnol est avec toi ! ». Les protestations de dizaines de manifestants n’ont servi à rien : le célèbre Baltasar Garzon a été suspendu de ses fonctions. Il a été inhabilité jusqu'à nouvel ordre.

    Le magistrat traîne trois casseroles, mais il n’y a qu’une raison à cette décision : avoir osé instruire un procès contre le régime franquiste et ses crimes. Or d’après le tribunal suprême, il ne pouvait pas le faire puisqu’il existe en Espagne des lois d’amnistie, des lois votées en 1977 qui interdisent de rouvrir ces pages noires de l’histoire espagnole.

    C’est en 2008 que Garzon a pris cette initiative et, depuis l’an dernier, sa suspension flotte dans l’air avec des plaintes déposées par des groupuscules d’extrême droite.

    Son procès aura lieu en juillet ou en septembre. Mais d’ores et déjà, il est presque acquis que le juge qui avait fait arrêter Pinochet en 1998 ne remettra plus les pieds dans son bureau de l’Audience nationale où il exerce depuis vingt-deux ans.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.