GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’affaire du Probo Koala rebondit à La Haye

    media Un activiste de la «brigade toxique» de Greenpeace face au Probo Koala, ici en Estonie en 2006, quelques jours après le déchargement des déchets toxiques à Abidjan.

    Alors qu’elle a tout fait pour échapper aux tribunaux, la multinationale Trafigura se retrouve ce 19 mai 2010 devant la justice des Pays-Bas, à La Haye. Mais l’affréteur du cargo Probo Koala, qui a déversé en août 2006 plus 500 tonnes de résidus pétroliers à Abidjan en Côte d’Ivoire, causant la mort de quinze à dix-sept personnes et l’intoxication des milliers d’autres, selon les Nations unies, est poursuivi, non par les victimes, mais par Greenpeace, l’organisation de défense de l’environnement.

    Par deux fois, Trafigura a acheté l'abandon de toute poursuite. D’abord en payant à l’Etat ivoirien 100 milliards de francs CFA. Ensuite en versant environ 750 000 francs CFA à chacune des 31 000 victimes des déchets du Probo Koala.

    L’accord, négocié par le cabinet londonien Leigh Day & Co, a été conclu l'année dernière, une semaine à peine avant l’ouverture d’un procès contre la multinationale devant la justice britannique. Par le biais du cabinet londonien, la société spécialisée dans le transport des produits pétroliers a réussi, sous la menace de ne pas être indemnisée, à faire signer aux victimes, un document dans lequel elles reconnaissent que les déchets du Probo Koala n’ont pas provoqué des séquelles à long terme. Un accord qui a mis fin à la procédure judiciaire menée en Grande-Bretagne contre Trafigura.

    Mais c’était compter sans la vigilance de Greenpeace. L’organisation de défense de l’environnement a donc porté plainte contre la multinationale devant la justice néerlandaise. Même si le procès qui s’ouvre ce 19 mai 2010 ne porte que sur les infractions antérieures au déversement des déchets à Abidjan. Il porte sur l’exportation de substances dangereuses, interdite par la législation européenne.

    Greenpeace a versé au dossier les témoignages de chauffeurs ivoiriens, affirmant avoir été payés pour qu’ils ne disent pas que les déchets du Probo Koala avaient fait des victimes. Des témoignages que rejette Trafigura.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.