GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    La chef de la diplomatie européenne au Kenya pour relancer le processus judiciaire contre la piraterie maritime

    media La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. Reuters/Thierry Roge

    La chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton est en tournée en Afrique de l’Est. Elle est arrivée au Kenya mardi 18 mai 2010 pour une visite de deux jours, elle se rendra en Tanzanie et aux Seychelles pour parler de la lutte contre la piraterie et tenter de convaincre les pays de la région à juger les pirates somaliens. Le gouvernement kenyan avait annoncé fin mars la suspension de sa coopération avec l’Union européenne pour six mois, invoquant plusieurs raisons.

    Les autorités kenyanes ont annoncé à la fin du mois de mars 2010 la suspension de leur coopération pour poursuivre les pirates somaliens sur leur territoire. Parmi les arguments avancés, des tribunaux débordés, des prisons déjà submergées par les prisonniers et un soutien trop faible de la communauté internationale, à un pays qui se considère en première ligne, mais abandonné.

    L’Attorney General, Amos Wako, avait affirmé que le Kenya servait de décharge pour les pays, notamment les pays européens qui ne souhaitaient pas s’embarrasser de ces procès.

    Si le pays n’avait pas accepté de nouvelles affaires depuis décembre, il semble que les autorités kenyanes soient revenues à de meilleurs sentiments puisqu’il y a trois semaines, six pirates ont été remis à la justice de Mombassa par un navire britannique, sans que beaucoup de publicité ne soit faite autour de cet événement.

    Selon leur avocat, leur procès devrait débuter en juillet prochain. L’Union européenne, ainsi que les représentants du programme anti-piraterie des Nations unies n’ont cessé de tenir des réunions avec les autorités kenyanes pour les tenter de les faire changer d’avis.

    Selon certaines sources, le gouvernement kenyan veut obtenir des garanties de la communauté internationale, pour ne pas avoir à accueillir les pirates somaliens sur son territoire, une fois qu’ils auront purgé leur peine.
    Parmi les autres points de discussion, le soutien financier. Le Kenya souhaite revoir à la hausse le budget de 7 millions de dollars prévus par les Nations unies pour soutenir ces procès.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.