GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes (responsables)
    Asie-Pacifique

    Après l'assaut contre les «chemises rouges», Bangkok compte ses morts et ses dégâts

    media Des pompiers éteignent l'incendie du grand centre commercial de Bangkok, détruit par les manifestants «Chemises rouges», le 20 mai 2010. REUTERS/Sukree Sukplang

    Au lendemain de l'assaut militaire contre les «chemises rouges» Bangkok se réveille ce jeudi 20 mai 2010 interloqué par les pertes humaines et les dégâts considérables causés hier mercredi. Les corps de neuf nouvelles victimes ont été trouvés dans le temple où sont encore réfugiés 800 manifestants, portant le bilan à quatorze tués. Parallèment, un centre commercial géant de sept étages s'est en partie effondré après avoir brûlé toute la nuit.

    Le couvre-feu décrété dans la capitale thaïlandaise reste en vigueur les trois prochaines nuits ; il a été élargi à 23 autres provinces.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus.

    A la une de la presse thaïlandaise : l'assaut de l'armée 02/10/2013 - par Arnaud Dubus
    Au lendemain de l'assaut militaire contre les «chemises rouges» et des dévastations commises par les manifestants antigouvernement en représailles, Bangkok se réveille interloqué par les pertes humaines et les dégâts considérables causés dans la journée d'hier et la nuit d'hier.
    Écouter

    Les corps de neuf victimes ont été découverts ce jeudi 20 mai 2010 par un directeur d'hôpital dans le temple Pathum Wanaram, où sont encore réfugiés 800 manifestants chemises rouges. Ces neufs personnes, touchées par balles hier ont succombé à leurs blessures dans la soirée. Sept autres blessés se trouvaient dans le temple, seuls deux d'entre eux ont accepté de se faire soigner à l'extérieur.

    Près du temple, le complexe commercial Central World, un bâtiment immense de sept étages et de près de 200 mètres de long a brûlé une grande partie de la nuit après avoir été incendié par des manifestants. Le bâtiment s'est en partie effondré, mais la structure est resté en place, maintenant un squelette calciné de murs et de poutres de béton. Ce centre commercial était l'un des plus grands d'Asie.

    Sur la rue Rajdamari où se sont déroulés les combats d'hier, un hypermarché Bic C a aussi été victime des vandales et continuait à se consumer ce matin. Les pompiers avaient été empêchés d'éteindre le feu dans les deux centres commerciaux par des manifestants leur tirant dessus.

    Ce matin, des échanges de coup de feu ont repris autour du temple où sont les réfugiés après une accalmie dans la nuit. Hier, des mouvements de contestation ont éclaté dans sept régions, notamment dans le Nord, l'un des fiefs des «chemises rouges».

    Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations unies s'est dit préoccupé par l'escalade de la violence et les pertes en vie humaine. Devant cette situation, les Etats-Unis manifestent aussi leur inquiétude.

    De son côté, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a appelé les manifestants et le gouvernement thaïlandais « à la retenue et à la raison » car pour elle, « la seule solution est de trouver un consensus ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.