GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    La représentante de Human Rights Watch expulsée du Burundi

    media Le Burundi ordonne l'expulsion de Neela Ghoshal, correspondante d'Human Rights Watch, à Bujumbura. RFI/I.Artus

    Indésirable au Burundi. La représentante de l'organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch, a été priée de quitter le pays d'ici le 5 juin. Une expulsion notifiée par un courrier signé du ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale. De nationalité américaine, la représentante de Human Rights Watch travaillait au Burundi depuis trois ans et ses différents rapports pointaient du doigt les violations des droits de l'homme. Son expulsion intervient au moment où va débuter un marathon électoral à partir de vendredi.

    La décision d’expulser la représentante de Human Rights Watch n’a pas vraiment surpris dans les milieux des droits de l’homme au Burundi. Car tout le monde savait Neela Ghoshal était en sursis. Executions sommaires, assassinats ciblés, tortures, arrestations et détentions arbitraires et illégales, la jeune Américaine avait rédigé une dizaine de rapports sur les violations des droits politiques et des droits de l’homme au Burundi au cours des trois dernières années, des rapports qui n’ont jamais plu en haut lieu.

    Il y a quelques jours, la dernière production de Human Rights Watch sur les violations électorales au Burundi et l’impunité dont semble jouir le parti au pouvoir, alors que ce pays va organiser des élections dans deux jours, a poussé à bout le gouvernement. Le ministre des Relations extérieures a donc écrit à Neela Ghoshal pour lui annoncer que son accréditation était annulée et lui a donné deux semaines pour quitter le Burundi.

    Pour le pouvoir, la représentante de HRW qui était proche de l’opposition, avait perdu toute crédibilité alors que dans la société civile burundaise, on voit dans ce geste un signe de crispation qui n’augure rien de bon pour le processus électoral burundais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.