GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le commandement américain pour l’Afrique (Africom) reste en Allemagne

    media www.africom.mil

    Les Etats-Unis renoncent à installer l’état-major de l'Africom en Afrique. Le n° 2 du commandement unifié de l'armée américaine en Afrique, installé à Stuttgart, a révélé, jeudi 20 mai 2010, qu’il n’y a aucun projet de déménagement.

    « Nous sommes ici pour un temps indéfini », a expliqué l’ambassadeur Antony Holmes, adjoint civil du général William Ward, commandant de l’Africom. Cela met fin aux nombreuses spéculations sur l'installation de cet organisme militaire sur le continent africain.

    On les avait annoncés au Nigéria, en Algérie, au Kenya… Finalement, les responsables d'Africom restent en Europe. Selon les officiers du commandement américain de la force en Afrique, il n'est plus question de bouger d'Europe et si un déménagement était envisagé il se porterait sur la côte Est des Etats-Unis.

    Créé en 2007, l’Africom a cherché un long moment à installer son commandement sur le continent africain. Mais très vite des puissances comme le Nigeria ou l'Afrique du Sud ont manifesté leur rejet pour un tel projet, craignant une présence permanente de l'US Army en Afrique.

    A cette époque, plusieurs pays se sont portés candidats pour accueillir cet état-major: le Libéria, le Sénégal et l'Ethiopie, entre autres. Des rumeurs ont également annoncé des pressions américaines sur d'autres Etats comme l'Algérie.

    Selon un expert de la question, la localisation de l'état-major « n'est pas cruciale, car les Américains disposent d'infrastructures militaires dans leurs différentes ambassades africaines ». Le plus important reste la réalisation des programmes de coopération militaire, comme la lutte contre le réseau al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en zone sahélienne ou bien contre la piraterie dans le golfe d'Aden et dans le golfe de Guinée.

    Et de l'avis d'un chercheur, la plus grande réussite d'Africom est sa politique de communication : « en l'espace de trois ans les Américains ont réussi à imposer l’image d'une armée active et non envahissante, une armée partenaire des armées africaines ».

    L’Africom, qui emploie à Stuttgart quelque 1 300 personnes, gère les relations militaires des Etats-Unis avec 53 pays africains. La seule base militaire américaine permanente sur le continent est le camp Lemonnier à Djibouti.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.