GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Madagascar : les pasteurs dans la mêlée politique

    media L'ex-président malgache, Marc Ravalomanana (g). Présidence de la République de Madagascar

    Des pasteurs et des fidèles se sont retrouvés volontairement jeudi 20 mai au milieu d’une fusillade entre des éléments rivaux de forces de sécurité malgaches qui a fait deux morts et plusieurs blessés. Les membres du « Mouvement des ecclésiastiques » s’étaient sciemment installés à proximité de la caserne de la Force d’intervention de la gendarmerie nationale pour organiser leur culte, non autorisé, car ils savaient que les gendarmes mutins soutenaient leur initiative et c’est l'une des raisons de l’intervention des forces de l’ordre.

    Si le « Mouvement des ecclésiastiques » s’est retrouvé jeudi 20 mai en première ligne, il n’est cependant pas sorti de nulle part. Depuis plusieurs mois, ces religieux, essentiellement des pasteurs protestants, ont choisi leur camp, celui de l’opposition à Andry Rajoelina.

    En fait, au-delà de leur foi, ils servent souvent de paravent aux politiciens interdits de manifestation publique. A plusieurs reprises, le « Mouvement des ecclésiastiques » a, lui, réussi à organiser de gigantesques cultes aux prêches sans ambigüité, avec aux premières loges des figures des mouvances Ravalomanana surtout, mais aussi Ratsiraka et Zafy. Côté régime, on boudait évidemment ces rassemblements.

    Les églises malgaches, qui réunissent chaque dimanche des millions de fidèles, ont souvent eu un discours politisé. Ne dit-on pas que Monseigneur Odon Razanakolona, le catholique, a soutenu Andry Rajoelina lors de sa prise de pouvoir ? Quant à Marc Ravalomanana, ne cumulait-il pas la casquette de chef d’Etat avec celle de vice-président laïc de la FJKM (Eglise de Jésus-Christ à Madagascar), l’Eglise protestante malgache ?

    Hier, jeudi 20 mai 2010, si certains trouvaient inappropriée l’immixtion des pasteurs dans la mêlée politique, d’autres étaient choqués par la réaction des forces de l’ordre envers des hommes d’Eglise.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.