GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    Asie-Pacifique

    Ouverture au Japon du procès d'un défenseur des baleines

    media Des militants japonais manifestant contre Sea Sheperd devant le Tribunal de grande instance de Tokyo, le 27 mai 2010. Reuters/Kyodo

    Le procès de Peter Bethune, un militant écologiste néo-zélandais, accusé d’avoir entravé la chasse à la baleine des navires japonais dans l’Antarctique, s’est ouvert ce 27 mai 2010 à Tokyo. Il était monté à bord d'un baleinier qui avait percuté son trimaran, entraînant le naufrage du voilier. Poursuivi pour quatre chefs d'accusation, il en a reconnu trois. Mais il a nié avoir porté des coups à un jeune marin japonais, acte passible au Japon de quinze ans de prison.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Peter Bethune, ce Néo-Zélandais membre Sea Sheperd, doit regretter d’être monté volontairement à bord d’un baleinier japonais, après que son trimaran eut percuté le navire japonais. En ne demandant qu’à être conduit à Tokyo, Peter Bethune cherchait à attirer l’attention des médias sur les centaines de baleines que le Japon tue chaque année, au nom de la recherche scientifique.

    Sea Sheperd réussit son coup médiatique, mais Peter Bethune risque maintenant quinze ans de prison. Il est accusé d’avoir jeté au visage d’un marin japonais une flasque d’acide à base de beurre rance. Il est encore accusé de violation de propriété privée, destruction de biens et port d’arme. Il rejette l’accusation de coups et blessures, passible au Japon de quinze ans de prison.

    A l’extérieur du tribunal, des militants de l’extrême droite japonaise brandissaient des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire : « Pendez le terroriste Peter Bethune. Il ressemble plus à un membre d’un commando qu’à un écolo. Détruisons la discrimination des Blancs qui ne respectent pas nos traditions culinaires ancestrales ».

    Le Japon demande aussi à Interpol de lancer un mandat d’arrêt international contre Paul Watson, le fondateur canadien de Sea Sheperd.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.