GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Premières scènes de violences au Burundi après les élections communales

    media Les principaux partis d'opposition ont accusé de fraude le CNDD-FDD lors des élections communales et réclamé l'annulation du scrutin. AFP / Esdras Ndikumana

    Au moins une dizaine de personnes ont été arrêtées à Kinama, un quartier du nord de Bujumbura, où la population s'en est pris à des membres de la Commission électorale. Le parti au pouvoir, le CNDD-FDD du président Pierre Nkurunziza, a largement remporté le scrutin du 24 mai. Alors que les observateurs européens ont estimé ces élections régulières, les principaux partis d'opposition du pays ont, eux, dénoncé des « fraudes massives orchestrées par le parti au pouvoir » et réclamé l'annulation du scrutin.

    La foule est tout de suite convaincue d’avoir découvert une preuve matérielle des accusations de fraude électorale lancée par l’opposition, et elle se met à saccager le matériel électoral trouvé sur place. La police intervient et tire en l’air pour disperser les manifestants. S’ensuivent alors de véritables scènes d’émeutes, selon Emile Ndayarinze, de l’administration de Kinama. Le marché est pillé. Des civils et des policiers sont blessés et une dizaine de meneurs sont arrêtés.

    Le porte-parole des Forces nationales de libération (FNL) Jean-Bosco Havyarimana, lui, assure qu’une cinquantaine de militants ont été arrêtés, ainsi qu’une sénatrice qui a été relâchée dans la soirée.

    Il s’agit des premières scènes de violence au Burundi depuis l’organisation des communales du lundi 24 mai. Une escalade qui survient alors que les découvertes d’urnes remplies de bulletins de vote se sont multipliées dans le pays.

    Le président de la Commission électorale est monté au créneau. « Ce sont des mensonges », a réagi Pierre Claver Ndayicariye, en expliquant qu’il s’agit dans tous les cas d’urnes utilisées au cours du scrutin du 24 mai et qui sont conservées dans des hangars loués par la Commission.

    A-t-il réussi à convaincre l’opposition burundaise? Rien n’est moins sûr.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.