Burkina Faso - Pays - RFI

 

  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Accents d'Europe
  5. 23:30 TU Journal
  6. 23:33 TU Danse des mots
  7. 22:10 TU Archives d'Afrique
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Archives d'Afrique
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Si loin si proche
  12. 23:30 TU Journal
  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  5. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

fermer

Burkina Faso

media

 

Le Burkina Faso (Carte : L. Mouaoued/RFI)

Situation géographique
Le Burkina Faso, pays d’Afrique de l’Ouest, occupe une surface de 274 200 km², il est frontalier de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Bénin, du Togo et du Ghana.

Capitale : Ouagadougou (1,48 millions d’habitants)

Régime politique : République à régime présidentiel

Démographie
Population totale : 16,9 millions d’habitants
Densité : 61,88 hab/km²
Population urbaine : 24,7 %
Indice de fécondité : 5,9
Croissance démographique : 3,4 %
Espérance de vie : Femmes : 56 ans - Hommes : 54 ans

Société
Ethnies : Mossis, Gourmantché, Peuls, Lobis…
Langues : français (officiel), moré, dioula
Religions : musulmans (50 %), animistes (40 %), chrétiens (10 %)
Taux d’alphabétisation : 29 %
Développement humain : 183e/186 (PNUD 2013)

Economie
Monnaie :franc CFA 
Croissance : 6,99 % (2012)
PIB par habitant : 613 $/hab.
Dette extérieure : 29,27 % du PIB

Chronologie
5 août 1960 : proclamation de l’indépendance. Maurice Yaméogo est le premier président de la Haute-Volta.
1966 : Yameogo est renversé par l’armée. Le colonel Sangoulé Lamizana devient chef de l’Etat.
1978 : Lamizana est élu président de la République.
1980 : coup d’Etat militaire du colonel Saye Zerbo.
1982 : nouveau coup d’Etat militaire. Jean-Baptiste Ouedraogo devient chef de l’Etat.
1983 : putsch de Thomas Sankara.
1984 : la Haute Volta devient le Burkina Faso (pays des hommes intègres).
1987 : coup d’Etat de Blaise Compaoré. Thomas Sankara est assassiné.
1991 : instauration du multipartisme. Blaise Compaoré est élu président de la République.
1998 : réélection de Blaise Compaoré à la tête de l’Etat.
2005 : Blaise Compaoré est réélu à la présidence de la République avec 80,35 % des voix.
2008 : nombreuses émeutes contre la vie chère.
2010 : Blaise Compaoré est réélu président (4ème mandat).
2011 : entre avril et juin, vague de contestations et de mutineries parmi les étudiants, les commerçants, les militaires et les policiers. Le président Blaise Compaoré dissout par décret son gouvernement et limoge les chefs de l'armée de terre, de l'air et de la gendarmerie à la suite d'une mutinerie au sein de sa propre garde présidentielle.
2013 : l'Assemblée nationale vote la création d'un Sénat.

2014
31 mai : l'opposition organise un "grand rassemblement populaire" pour marquer "le lancement d'une série de mesures et de dispositions" invitant à "une résistance citoyenne" contre l'organisation d'un référendum visant à modifier l'article 37 de la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels et empêche pour l'instant Blaise Compaoré d'être candidat en novembre 2015.
15 juillet : 5 morts et une vingtaine de blessés dans l'explosion d'un dépôt illégal d'explosifs à Ouagadougou. 21 maisons se sont effondrées ou ont été partiellement détruites dans un périmètre de 100 mètres autour du lieu de l'explosion.
21 octobre : le Conseil extraordinaire des ministres "adopte un projet de loi portant révision de la Constitution qui sera soumis à l'Assemblée nationale en vue de la convocation du référendum" qui doit rendre possible la candidature à l'élection présidentielle de novembre 2015 du chef de l'Etat Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans. Nombreuses manifestations de l'opposition dans les heures qui suivent cette décision.
27 octobre : plusieurs centaines de femmes soutenant l'opposition marchent à Ouagadougou, entamant une semaine de manifestations contre une révision de la Constitution qui favorise le maintien au pouvoir du président.

Documentation RFI, octobre 2014

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.