GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Côte d’Ivoire

    media

    Situation géographique

    RFI/Latifa Mouaoued

    Pays d’Afrique occidentale baigné par le golfe de Guinée, la Côte d’Ivoire, d’une superficie de 322 460 km², est frontalière du Liberia et de la Guinée à l’ouest, du Mali et du Burkina Faso au nord et du Ghana à l’est.

    Villes
    Yamoussoukro (capitale administrative) :  259 000 habitants
    Abidjan (capitale économique) : 4,3 millions d’habitants

    Régime politique : République

    Démographie
    Population totale : 19,8 millions d’habitants
    Densité : 61,5 hab./km²
    Indice de fécondité : 4,9
    Croissance démographique : 2,9 %
    Espérance de vie : Femmes : 51,2 ans - Hommes : 49,6 ans

    Société
    Ethnies : Sénoufos, Malinkés, Baoulés, Dans, Bétés, Agnis…
    Langues : français (officielle), dioula, baoulé, sénoufo...
    Religions : musulmans (39 %), chrétiens
    (36 %), animistes (12 %)
    Alphabétisation : 56,87 %
    Développement humain : 171e / 187 pays (PNUD 2014)

    Economie
    Monnaie : franc CFA
    Croissance : 8,1 % (2013)
    Inflation : 2%
    PIB par habitant : 1244 $
    Dette publique : 49,16 % du PIB

    Chronologie
    7 août 1960 : indépendance de la Côte d’Ivoire, ancienne colonie française, sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny. Il restera chef de l’Etat jusqu’à sa mort en 1993.
    1983 : Yamoussoukro, ville natale du président, devient la capitale du pays.
    1993 : Henri Konan Bédié succède à Houphouët-Boigny à la présidence de la République.
    1999 : coup d’Etat dirigé par le général Robert Gueï.
    2000 : élection présidentielle. L'opposant historique Laurent Gbagbo devient président à l'issue d'un scrutin controversé, dont ont été exclus Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara.
    2002 : guerre civile (19 septembre). Une frange de l’armée dirigée par le sergent Ibrahim Coulibaly se soulève contre le régime de Laurent Gbagbo. Le général Gueï est assassiné. La rébellion contrôle le nord du pays. En octobre, la force d’interposition française Licorne occupe une zone-tampon séparant les deux zones.
    2003 : accords de Marcoussis prévoyant le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir et un gouvernement incluant les rebelles.
    2004 : le bombardement des positions rebelles et d’un camp français par les forces gouvernementales à Bouaké entraîne la destruction d'une partie de l’aviation ivoirienne par la France.
    2005 : accords de Pretoria, signés sous l'égide de l'Union africaine, prévoyant la fin des hostilités, le démantèlement des milices et la reprise du désarmement.
    2007 : accord politique de Ouagadougou signé entre Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN), qui devient Premier ministre.
    2010 : crise politique à l'issue de l'élection présidentielle (31 octobre et 28 novembre). Alassane Ouattara est déclaré élu au second tour par la Commission électorale indépendante, résultat reconnu par la communauté internationale. Laurent Ggabgo, proclamé vainqueur par le Conseil constitutionnel après l'annulation d'une partie des votes, refuse de quitter le pouvoir. Les violences post-électorales font plusieurs centaines de morts.
    2011 : offensive le 28 mars des forces pro-Ouattara qui prennent en quatre jours le contrôle de presque tout le pays. Le 11 avril, Laurent Gbagbo est arrêté avec l'appui des forces de l'ONU. Le 21 mai, après cinq mois de conflit, Alassane Ouattara est investi président de la Côte d'Ivoire lors d'une cérémonie à Yamoussoukro. Le 18 août, Laurent et Simone Gbagbo sont inculpés et placés en détention préventive pour "crimes économiques". Le 30 novembre, Laurent Gbagbo est transféré vers le centre de détention de la Cour pénale internationale à La Haye. Elections législatives le 11 décembre, le parti de Ouattara obtient la majorité des sièges.
    2012 : le 29 février, la CPI émet un mandat d'arrêt contre Simone Gbagbo, détenue à Odienné, dans le nord du pays. Au mois d'août, l'armée est l'objet d'une vague d'attaques. Arrestations de plusieurs responsables du camp Gbagbo, dont le secrétaire général du FPI, Laurent Akoun. Le 24 août, le porte-parole en exil de Gbagbo, Justin Koné Katinan, est arrêté au Ghana. Le 2 octobre, premier grand procès lié à la crise postélectorale pour juger notamment le général Brunot Dogbo Blé pour l'assassinat du colonel-major à la retraite Adama Dosso en mars 2011.
    2013 : le 13 janvier, Charles Blé Goudé, leader des Jeunes Patriotes, est arrêté au Ghana. Il sera transféré en Côte d'Ivoire et inculpé de crimes de guerre.

    2014
    27 et 31 janvier
    : des détenus pro-Gbagbo, civils et militaires, emprisonnés suite à la crise postélectorale de 2010-201, sont mis en liberté provisoire.
    8 février : le président Ouattara est opéré en France d'une sténose du canal lombaire.
    20 mars : la Côte d'Ivoire accepte le transfèrement de Charles Blé Goudé, un proche de l'ex-président Laurent Gbagbo, à la Cour pénale internationale (CPI), qui le poursuit pour crimes contre l'humanité.
    26 mars : 12 partis de l'opposition, dont le FPI de l'ancien président Laurent Gbagbo, créent une alliance politique en vue de l'élection présidentielle de 2015, intitulée l'Alliance des forces démocratique (AFD).
    10 avril : réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), critiquée par l'opposition.
    29 avril : l'ONU lève un embargo qui frappait depuis 2005 la commercialisation des diamants bruts ivoiriens et assouplit son embargo sur les armes destinées à la Côte d'Ivoire.
    21 mai : dégel des comptes bancaires de 50 personnalités pro-Gbagbo impliquées dans la crise postélectorale de 2010-2011.
    12 juin : la Cour pénale internationale décide de juger l'ex-président Laurent Gbagbo pour crimes contre l'humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011.
    11 juillet : les députés votent une loi instituant une chambre pour les "8 000 rois et chefs traditionnels", qui bénéficieront désormais d'une subvention annuelle.
    1er septembre : le gouvernement annonce "l'ouverture de couloirs humanitaires" avec la Guinée et le Liberia, tout en maintenant la fermeture de ses frontières avec ces deux pays limitrophes suite à l'épidémie d'Ebola.
    8 septembre : début des premières audiences publiques de bourreaux et de victimes de la crise politico-militaire ayant déchiré le pays de 2000 à 2011.
    11 septembre : la Cour pénale internationale confirme de manière "définitive" qu'elle jugera l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour crimes contre l'humanité.

    2015
    10 mars : l'ancienne première dame Simone Gbagbo est condamnée à 20 ans de prison pour son rôle dans les violences post-électorales qui ont fait quelque 3.000 morts en 2011. Abou Drahamane Sangaré, qui défie M. N'Guessan à la tête du FPI, a, lui, été condamné à 5 ans d'emprisonnement, tout comme Michel Gbagbo, le fils de l'ex-président, issu d'un premier mariage avec une Française.
    18 mai : inauguration de la première usine de chocolat, une denrée jusqu'alors inaccessible pour la plupart des habitants d'un pays qui est,depuis des décennies, le premier producteur mondial de cacao.
    29 juillet : le gouvernement adopte le projet de loi sur "l'école obligatoire" qui prévoit d'éventuelles peines de prison pour les parents qui refuseront de scolariser leurs enfants âgés de 6 à 16 ans.
    4 août : le tribunal militaire d'Abidjan condamne le commandant Anselme Séka Yapo, ancien chef de la sécurité rapprochée de l'ex-première dame Simone Gbagbo, à 20 ans de prison pour assassinat. Ce même jour, le président Alassane Ouattara remet à une cinquantaine de "victimes" de la crise postélectorale de 2010-2011 un chèque de 1 500 euros, lors d'une cérémonie marquant le démarrage de l'opération d'indemnisation.
    25 octobre : le président sortant Alassane Ouattara est réélu pour 5 ans, dès le 1er tour, avec 83,66 % des suffrages. Investiture le 3 novembre.
    5 décembre : le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, est visé par un mandat d'amener, dans le cadre d'une plainte déposée par le fils de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo. Michel Gbagbo affirme avoir été enlevé et séquestré pendant plusieurs mois après son arrestation, en 2011. Le mandat sera levé quelques jours plus tard.

    2016
    6 janvier : le Premier ministre Daniel Kablan Duncan présente la démission de son équipe ministérielle. Une décision qui intervient deux mois après le début du second mandat du président Alassane Ouattara qui a maintenu dans la journée le Premier ministre à son poste. La nouvelle équipe sera présentée le 12 janvier, sans gros changement.
    28 janvier : ouverture du procès pour crimes contre l'humanité de Laurent Gbagbo devant la CPI à La Haye, aux Pays-Bas. L'ancien président a choisi de plaider non coupable, comme son ancien ministre Charles Blé Goudé, qui comparaît à ses côtés. Le procès doit durer entre 3 et 4 ans.
    5 février : grève à la société Société nationale d'opérations pétrolières de Côte d'Ivoire, Petroci, due à des licenciements. La direction accuse une situation difficile liée à la chute du cours du baril de brut.
    18 février : verdict du Tribunal militaire d'Abidjan dans le procès sur l'assassinat du général Gueï. Trois des prévenus sont condamnés à la prison à perpétuité : le général Brunot Dogbo Blé, le commandant Anselme Séka Yapo, et le maréchal des logis Séry Daléba.
    7 mars : violents affrontements entre forces de l'ordre et population de Bondoukou, dans l'est avec 2 morts et 19 blessés, au sujet d'une affaire de trafic de noix de cajou avec le Ghana.
    13 mars : attaque terroriste revendiquée par Aqmi/Al-Mourabitoune à la station balnéaire de Grand-Bassam à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Abidjan, provoquant la mort de 19 personnes. Des victimes ivoiriennes, camerounaises, maliennes, françaises et allemande. Le gouvernement decrète trois jours de deuil.

    Documentation RFI, mars 2016

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.