Rugby: premier match de Coupe d'Europe pour Wisniewski au Racing-Métro - France - RFI

 

  1. 20:33 TU La bande passante
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Couleurs tropicales
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Couleurs tropicales
  6. 22:00 TU Sessions d'information
  7. 22:30 TU Sessions d'information
  8. 23:00 TU Journal
  9. 23:10 TU Accents d'Europe
  10. 23:30 TU Journal
  11. 23:33 TU Danse des mots
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  1. 20:33 TU La bande passante
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Radio foot internationale
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Radio foot internationale
  6. 22:00 TU Sessions d'information
  7. 22:30 TU Sessions d'information
  8. 23:00 TU Journal
  9. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  10. 23:30 TU Journal
fermer

Dépêche


Rugby: premier match de Coupe d'Europe pour Wisniewski au Racing-Métro

AFP
media L'ouvreur du Racing-Métro Jonathan Wisniewski dispute son premier match de Coupe d'Europe samedi contre Clermont, concrétisation d'une progression constante au sein du club francilien, de la Pro D2 jusqu'au plus haut niveau.

L'ouvreur du Racing-Métro Jonathan Wisniewski dispute son premier match de Coupe d'Europe samedi contre Clermont, concrétisation d'une progression constante au sein du club francilien, de la Pro D2 jusqu'au plus haut niveau.

A 25 ans, Wisniewski a connu tous les moments-clés de la renaissance du Racing-Métro: l'échec de la montée en Top 14 en 2008, la promotion réussie en 2009, les barrages du Top 14 en mai dernier au terme d'une saison unanimement saluée.... Mais, blessé, le stratège francilien n'a pu participer samedi dernier au premier match du club en H Cup, à Dublin face à la province du Leinster (22-38).

"J'avais un peu la boule en regardant le match. En face, il y avait Sexton, d'Arcy, O'Driscoll...", sourit le joueur qui partagera tout de même un morceau d'histoire samedi en participant au premier match de Coupe d'Europe au stade Yves-du-Manoir de Colombes.

Le natif de Gaillac est un des +historiques+ du club des Hauts-de-Seine. C'est là qu'il s'est épanoui après sa formation à Castres et au Stade Toulousain, puis des débuts professionnels peu évidents à Aix-en-Provence (2005-2006) puis Castres (2006).

C'est lors de sa bonne demi-saison à Colomiers (janvier-juin 2007) que Pierre Berbizier le repère et le fait venir. Son jeu au pied long et précis et son sang-froid en ont fait un élément incontournable dans le système de jeu de l'ancien entraîneur du XV de France, dont un des credo est l'occupation du camp adverse.

Parfois en difficulté pour s'imposer dans ses clubs précédents, l'ouvreur s'est affirmé au Racing aux côtés de la légende des All Blacks Andrew Mehrtens. Et malgré quelques lacunes sur le plan défensif, la présence aujourd'hui de potentiels concurrents à son poste avec le Sud-Africain François Steyn ou "le Magicien" argentin Juan Martin Hernandez, souvent blessé, ne le perturbe pas.

Se confronter au haut niveau de la Coupe d'Europe ne l'inquiète pas plus. "J'ai eu la chance de jouer face à Brock James, Wilkinson, Michalak, Skrela, ce qui se fait de bien, voire très bien, en Europe", rappelle-t-il.

"Au poste de numéro 10, ce sont des confrontations stratégiques, dans la gestion du jeu... J'ai envie de me comparer, voir comment ces joueurs peuvent me mettre en défaut. Cette Coupe d'Europe va me permettre de jouer encore plus près d'un niveau international", souligne-t-il.

Wisniewski n'a connu le niveau international qu'avec l'équipe de France des moins de 21 ans (2 sélections) puis avec l'équipe de France A cet été.

En 2009, il a repoussé les sollicitations de l'entraîneur de l'Italie, Nick Mallett, qui voulait faire valoir ses origines italiennes pour l'appeler en sélection.

"Quand j'ai refusé, ce n'était pas de la prétention, parce que je pensais à l'équipe de France", se défend le joueur, dont l'oncle Maryan était international de football dans les années 1950 aux côtés de Raymond Kopa et Just Fontaine.

"Je voulais juste me donner une marge de progression d'un an, un an et demi pour enchaîner les matches en Top 14 et voir quel était mon vrai niveau", explique-t-il.

Un an plus tard, il est l'ouvreur titulaire dans le club leader du Championnat de France et meilleur réalisateur français du Top 14 (115 pts) derrière l'Anglais Jonny Wilkinson (125 pts).

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.