GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Feu vert des eurodéputés au commissaire hongrois, dernier candidat de l'équipe Von der Leyen à être approuvé (sources parlementaires)
    • La restitution par la Russie des navires à l'Ukraine «contribue à renforcer la confiance», selon l'Elysée
    • Hong Kong: des dizaines de protestataires s'enfuient du campus assiégé (journaliste AFP)
    • En Libye, au moins sept civils ont été tués dans un raid aérien lundi une usine en banlieue sud de Tripoli (ministère de la Santé)
    • Elections en Biélorussie: «un manque de respect» pour la démocratie (observateurs)
    • Sport-économie : l’entreprise américaine Airbnb devient l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028
    • La Russie rend à l'Ukraine trois navires militaires ayant été capturés il y a un an (ministère)
    France

    « W.T.C », le 11-Septembre en bronze

    media "W.T.C.", sculpture de Jean-Sébastien Raud Jean-Sébastien Raud

    Beaucoup se souviennent où ils se trouvaient ou ce qu'ils faisaient le 11 septembre 2001. Jean-Sébastien Raud, lui, a eu le soir-même la vision de W.T.C., une sculpture en hommage à la liberté et aux victimes des tours jumelles du World Trade Center. Dix ans après, il a 39 ans, un métier, une fille et la même vision artistique sur l’attentat du 11-Septembre. Il est le seul sculpteur français à avoir été choisi pour exposer son travail dans la galerie virtuelle du musée du 11-Septembre à New York.

    Il est grand, chauve et concerné. Jean-Sébastien Raud habite et travaille à Puteaux, à côté des grandes tours du quartier des affaires de la Défense à Paris. Au moment de l’attentat du 11-Septembre, il était dans le train entre Paris et Toulouse. « C’est un ami qui m’a appris la nouvelle en arrivant sur Toulouse. Quand il m’a annoncé cette nouvelle je ne l’ai pas cru. Il a fallu que je voie les images à la télé pour qu’il y ait un déclenchement chez moi, une sidération. »

    « Mes mots à moi, ce sont les volumes »

    Dix ans après - Notre dossier spécial

    Il se dit marqué à jamais par les images télévisées des victimes qui se jettent des fenêtres. Le soir même de l’attentat, il retrouve son réflexe artistique. Comme en 1989, lors de la chute du Mur de Berlin, où il avait décidé, à 17 ans, de faire de la sculpture un métier. « C’est d’ailleurs l’une de mes premières sculptures, une sculpture sur la construction européenne que j’ai réalisée et défendue au Parlement européen. » Le 11 septembre 2001, il tient à nouveau tête aux images qui bouleversent le monde. Son esprit missionnaire (« liberté », « paix », « résistance ») et sa démarche peuvent prêter à sourire. Un jeune Français de 29 ans qui s’apprête à consoler le désarroi des Américains après l’attentat le plus médiatisé de la planète. « Comme tout le monde, j’étais sidéré, il y en a qui ont pleuré, crié, d’autres ont eu la colère. Mes mots à moi, ce sont les volumes. Le soir, j’ai tout de suite eu la vision de cette sculpture. J’en ai fait des dessins et par la suite, dans les quinze jours ou trois semaines qui ont suivi, j’avais réalisé l’œuvre. » 

    Jean-Sébastien Raud, professeur d'arts plastiques, dans son atelier à Puteaux. sf
    Jean-Sébastien Raud explique sa sculpture "W.T.C." 09/09/2011 Écouter

    « L’acte de créer est un acte de résistance »

    A six mille kilomètres du lieu, il met la main à la pâte, crée son œuvre en hommage aux victimes du World Trade Center : « Il y avait un anéantissement de l’humanité. Beaucoup de nationalités et toutes les religions ont été touchées. C’est véritablement un crime contre l’humanité. » La sculpture est d’abord modelée en terre, ensuite en plâtre et enfin en bronze. « Oui, le bronze était évident. Mon travail est destiné aux générations d’aujourd’hui et évidemment aux générations du futur. L’idée est de transmettre. L’acte de créer est un acte de résistance. Cette résistance doit s’incarner dans un matériau qui est résistant. Le bronze est résistant. Ce bronze sera encore là dans dix mille ans ! Dans cent mille ans ! Pourquoi pas ? »

    Jean-Sébastien Raud aspire à avoir réalisé une sorte de nouvelle statue de la Liberté, offerte en 1886 par les Français aux New-Yorkais pour le centenaire de leur déclaration d’indépendance. Lui aussi, il rêve d’offrir sa sculpture aux New-Yorkais. Et pourquoi pas ? Avec sa petite sculpture, il fait le poids, défie les millions d’images numérisées et des cauchemars intériorisés qui hantent notre mémoire. Deux tours humaines coulées en bronze, travaillées dans un matériel qui résiste à l’usure, sont une réponse pertinente à ce flot d’images sur le 11-Septembre qui attaque depuis dix ans nos cerveaux.

    Numéro 52

    Dans le registre du Mémorial national du 11-Septembre, sa sculpture a le numéro 52. Raud a été l’un des tout premiers artistes à témoigner sa solidarité et son empathie sous forme d’œuvre d’art. Jusqu’à aujourd’hui, il est le seul sculpteur français à avoir été choisi pour exposer son travail dans la galerie virtuelle du musée du 11-Septembre à New York. Sa sculpture a déjà parcouru plus que 15 000 kilomètres à travers du monde, mais elle n’a jamais été exposée en vrai ni dans la ville martyre ni ailleurs aux Etats-Unis. « Je suis actuellement dans l’attente d’une réponse du Maire de New York. Je n’ai pas eu de réaction. »

    En attendant, il reste optimiste et achève actuellement un livre sur la sculpture et la philosophie. Si tout va bien, son bronze entrera en 2013 dans le futur Mémorial national du 11-Septembre à New York. Mais rien n’est joué pour le moment. Le bâtiment du futur mémorial est toujours en construction et jusqu’à son ouverture, la sculpture restera cantonnée dans la galerie virtuelle du musée.

    Jean-Sébastien Raud, sculpteur sf
    Je trouve que les artistes sont trop souvent cantonné dans un rôle de divertissement. Je crois fermement que notre rôle dans la société est d’aider l’homme à supporter le poids de la réalité.
    Jean-Sébastien Raud

     

    L’art contemporain ne connaît pas le 11-Septembre

     Dans le champ de l’art contemporain, curieusement presque tous les artistes majeurs ont gardé après le choc du 11-Septembre le silence. Contrairement au cinéma (Michael Moore : Fahrenheit 9/11, 2004 ), à la littérature (Noam Chomsky : 9-11, 2001), à la musique (Steve Reich : WTC 9/11, 2011), à la bande dessinée (Enki Bilal : Le sommeil du monstre, 1998, qui semble annoncer le 11 septembre), à l’architecture (Larry Silverstein, le concepteur du nouveau World Trade Center) à la photographie (Jean-Michel Turpin : « Septembre - New York », 2011) où des artistes de renom ont transformé les secousses de l’attentat en œuvre d’art.

    Dans l’art contemporain pratiquement aucune œuvre majeure sur le 11-Septembre n’a émergé les derniers dix ans. Le Centre Pompidou, le plus grand centre d’art contemporain en Europe, n’a rien à dire sur le sujet et le quai Branly qui programme régulièrement des artistes contemporains ne se sent pas concerné par la thématique qui a ébranlé le monde. Même l’actuelle exposition 11-Septembre au Musée d’art moderne de New York parle de l’événement à travers de 70 œuvres qui ont été souvent créées avant l’attentat.

    Pour Jean-Sébastien Raud, l’absence d’œuvre majeure n’est pas étonnante : « Il ne peut pas y avoir d’œuvre majeure qui incarne le 11-Septembre. Le 11-Septembre est un crime contre l’humanité. Toutes les cultures ont été touchées. Comment faire une œuvre qui contente tout le monde ? » 

     
    Le site officiel de Jean-Sébastien Raud,
    La page facebook de Jean-Sébastien Raud
    Le site officiel du Mémorial national du 11-Septembre à New York

    Une copie de la sculpture de W.T.C. est visible devant la caserne des pompiers au 106 rue de Verdun, 92800 Puteaux, France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.