GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Pas de tatouages nazis sur la scène du festival de Bayreuth

    media Le 20 juillet, l’émission « Aspekte » de la chaîne de télévision allemande ZDF avait montré des images d’archives et ainsi révélé les tatouages nazis de Nikitine lorsque ceux-ci n’étaient pas encore surimposés par un autre motif. Aspekte

    Les tatouages nazis du chanteur russe Evgueni Nikitine continuaient de troubler le monde musical allemand, l'opéra de Munich fustigeant ce lundi 23 juillet les organisateurs de Bayreuth pour l'avoir chassé du festival Wagnérien.

    « Sur l'histoire de Nikitine, je vois d'abord plus un problème de Bayreuth et de la famille Wagner que du chanteur », a déclaré le directeur du Bayerische Staatsoper, Nikolaus Bachler, confirmant ses propos au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

    « Je trouve cela particulièrement hypocrite que la bêtise d'un chanteur de rock de 16 ans, qui a entre-temps depuis longtemps regretté cela et a essayé de le réparer, soit puni, justement par la famille Wagner », a-t-il continué. M. Bachler faisait référence aux liens du Festival qui a lieu chaque année dans la petite bourgade bavaroise de Bayreuth avec les hauts dignitaires de la dictature nazie. Adolf Hitler y était un invité régulier et s'y laissait fêter. Richard Wagner, musicien génial et antisémite notoire (1813-1883), était son compositeur préféré.

    M. Nikitine a exprimé ses regrets, a rappelé M. Bachler. Et d'ajouter: « des regrets que je n'ai jamais entendus de la part de la famille Wagner ces 50 dernières années ». Contrairement aux organisateurs du Festival de Bayreuth qui ont poussé M. Nikitine samedi, à quatre jours de l'ouverture avec une nouvelle production du Vaisseau fantôme, à renoncer à son rôle, l'opéra munichois maintient son engagement dans Lohengrin le 11 novembre.

    « Une croix gammée, ça ne va jamais »

    Dans un entretien paru lundi, le directeur musical du Vaisseau fantôme à Bayreuth, Christian Thielemann, a de son côté défendu la décision des organisateurs du Festival. « Une croix gammée, ça ne va jamais, pas seulement à Bayreuth ! Cela ne va pas aussi en Australie », a-t-il dit.

    Dans une interview paru dimanche, Nikitine, 38 ans, qui fait partie d'un des temples mondiaux de la musique classique, le théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg, a assuré qu'il ignorait la signification symbolique des motifs qu'il s'était fait tatouer dans sa jeunesse en 1989, 1990 et 1991. « C'était une grande faute dans ma vie et je souhaite ne l'avoir jamais fait », a déclaré le chanteur, qui fut musicien de hard rock dans sa jeunesse.

    Parmi les différents tatouages à connotation nazie sur la poitrine du baryton-basse, un journal allemand a dévoilé: une croix gammée, bien visible malgré un autre motif surimposé, et deux runes (caractères de l'ancien alphabet des langues germaniques orientales et septentrionales). La première en forme de flèche qui est la « rune de combat », ancien signe de reconnaissance d'une division de volontaires SS. La seconde en forme de triangle avec un trident, « la rune de vie » utilisée notamment par l'organisation nazie Lebensborn, qui gérait des centres de reproduction destinés à augmenter le taux de naissance d'enfants aryens.

    Les anciens liens du festival avec l'idéologie raciste d'Adolf Hitler

    La direction de Bayreuth avait salué le départ de Nikitine, « complètement en harmonie avec la politique du Festival de rejeter l'idéologie national-socialiste sous n'importe quelle forme ». Le Festival présente cette année une exposition montrant ses liens avec l'idéologie raciste d'Adolf Hitler, bien avant l'arrivée au pouvoir de ce dernier en Allemagne.

    L'an passé, en marge du Festival, l'Orchestre de chambre israélien (OCI) avait triomphé à Bayreuth en interprétant pour sa première prestation dans cette ville le poème symphonique Siegfried Idyll (L'Idylle de Siegfried), de Wagner. La municipalité organise par ailleurs des visites guidées du Bayreuth juif. Les relations sont toujours tempétueuses entre Wagner et Israël, où les rares concerts de la musique du compositeur déclenchent régulièrement des polémiques.
    ________________________

     - Regarder l’intégralité de l’émission « Aspekte » du 20 juillet qui avait révélé les tatouages nazis de Nikitine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.