L'appli qui permet d'authentifier les photos prises d'un smartphone - Science - RFI

 

  1. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Autour de la question
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Autour de la question
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Radio foot internationale
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Radio foot internationale
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU Sessions d'information
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU Accents d'Europe
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Décryptage
  17. 18:30 TU Journal
  18. 18:33 TU Sessions d'information
  19. 18:40 TU Débat du jour
  20. 19:00 TU Journal
  21. 19:10 TU Grand reportage
  22. 19:30 TU Journal
  23. 19:40 TU Sessions d'information
  24. 20:00 TU Journal
  25. 20:10 TU La bande passante
  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Couleurs tropicales
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Couleurs tropicales
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU Sessions d'information
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU Accents d'Europe
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Grand reportage
  17. 18:30 TU Sessions d'information
  18. 19:00 TU Journal
  19. 19:10 TU Décryptage
  20. 19:30 TU Journal
  21. 19:40 TU Débat du jour
  22. 20:00 TU Journal
  23. 20:10 TU La bande passante
  24. 20:30 TU Journal
  25. 20:33 TU La bande passante
Urgent

Le président américain Barack Obama a accepté la démission de son secrétaire à la Défense Chuck Hagel. Le New York Times, citant de hauts responsables, affirme que cette rupture s’est faite au sujet de différends sur la stratégie à adopter contre le groupe Etat islamique. Les deux hommes en discutaient depuis deux semaines et le président américain aurait décidé vendredi de se séparer de Chuck Hagel, âgé de 68 ans, seul membre républicain de son cabinet, selon le quotidien américain.

Dernières infos

fermer

Science

Internet Réseaux sociaux

L'appli qui permet d'authentifier les photos prises d'un smartphone

media Un utilisateur de smartphone. Reuters / Nenov

L’application s’appelle InformaCam et permet de faciliter la vérification d’une photo ou d’un vidéo prise avec un téléphone portable. À l’origine de ce projet, l’organisation américaine Witness, une ONG pour la défense des droits de l’Homme.

L’ONG Witness voulait d’abord développer un outil pour les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes, ceux qui se servent de leur téléphone pour témoigner d’un événement et qui ont besoin de prouver que leur photo ou leur vidéo a bel et bien été prise à tel ou tel endroit. Les développeurs ont notamment pensé à l’opposition syrienne qui met souvent sur Internet des vidéos impossibles à vérifier.

Mais il y a aussi des photos spectaculaires qui se sont révélées être fausses. À titre d’exemple, le cliché largement diffusé en novembre dernier après la tempête Sandy, et qui montre un requin s'approchant des maisons inondées sur la côte est des Etats-Unis.

Une "fausse" image d'un requin se rapprochant des habitations après la tempête Sandy. Gregory Michael / Facebook

De telles tricheries seront vite démasquées par la nouvelle application, appellée InformaCam.

Comment ça marche ?

L'application InformaCam fonctionne dans un premier temps comme n’importe quelle application multimédia. Une fois téléchargée sur le téléphone, elle permet de prendre des photos ou des vidéos. Mais à la différence des autres applications, elle sauvegarde toutes les données susceptibles de révéler le lieu de l’enregistrement.

Selon Bruno Nunez, responsables du développement multimédia à Witness, « l’application crypte le fichier photo ou vidéo avec toutes les métadonnées. Ce sont des informations sur le réseau wi-fi utilisé au moment de la prise de photo ou encore sur les données géographiques que certains portables enregistrent automatiquement ».

L’application sauvegarde également les données du capteur de l’appareil photo du portable. Ces données sont uniques, comme une empreinte digitale. « Toutes ces donnes sont ensuite cryptées, on peut les envoyer ou les télécharger sans être repéré », ajoute Bruno Nunez.

Sans être repéré, c’est évidemment important dans les pays comme la Syrie où le gouvernement contrôle les réseaux Internet.

Une application pour un journalisme citoyen

InformaCam sera dans un premier temps uniquement disponible pour les téléphones mobiles Androïd. La raison est simple : ce type de smartphone est plus répandu que son cousin d’Apple. Mais que les fans de la pomme soient rassurés : une version pour iPhone sera développée plus tard. L’ONG espère perfectionner l’outil au fur et à mesure pour qu'il puisse être utilisé comme preuve devant la justice.

L'objectif de l'organisation est de donner à tout le monde la possibilité d’informer sur un événement d'actualité ou de témoigner d'une violation des droits de l'homme. Selon Witness, les chaînes de télévision et autres médias « classiques » vont profiter de l’outil parce qu’il leur permettra de faciliter la vérification d’une vidéo ou d’une photo avant de l’utiliser pour un reportage.

Mais InformaCam peut aussi servir dans la vie quotidienne, par exemple en fournissant des preuves à son assurance. L’application sera gratuite est disponible « dans quelques mois », nous dit-on à Witness. L’ONG développe cette application en coopération avec l’entreprise informatique The Guardian Projet.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.