GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    « Sur les rives du soleil »: la Turquie littéraire réinventée

    media

    Les éditions Galaade publient à l’occasion de cette rentrée littéraire une riche anthologie de la fiction moderne turque. Composée de 16 auteurs et de 19 textes inédits, ce volume a l’ambition de faire découvrir quelques-uns des romanciers et de nouvellistes marquants, mais encore peu connus dans les pays francophones.

    Sur les rives du soleil : Ecrivains de Turquie est une anthologie paradoxale qui emprunte son titre à l’œuvre du poète Hasan Hüseyin (« nous sommes des cochenilles sur les rives du soleil/nos chansons tirent tantôt vers le bleu/tantôt vers le noir d’encre »), mais elle est composée uniquement de textes en prose. Une prose dans laquelle la poésie n’est pas toutefois totalement absente. En effet, la grande force de cette anthologie en traduction française est d’avoir su restituer dans la langue d’arrivée la qualité poétique du turc littéraire moderne, né de l’héritage des bardes d’Anatolie et de la poésie révolutionnaire du grand pionnier Nazim Hikmet.

    Il conviendra aussi de mettre au crédit de cette anthologie son souci de donner à lire des auteurs peu connus en Occident. « La littérature turque reste une terra incognita », écrit dans ses propos liminaires le traducteur et le formidable passeur de textes Timour Muhidine. Notre connaissance de la fiction littéraire turque se limite souvent à quelques grandes figures comme Yasar Kemal, Nedim Gursel ou Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature 2007. Ils sont les arbres qui cachent la forêt, une forêt faite d’une grande diversité de talents, de sensibilités et d’écritures que l’anthologie publiée par Galaade invite le lecteur français à découvrir à travers « un panorama réinventé de littérature turque enracinée dans le monde contemporain ».

    Entre nostalgie et critique politique radicale

    Sur les rives du soleil réunit 19 nouvelles représentatives de trois générations d’auteurs, celle des débuts de la République turque, celle du coup d’Etat et celle des années 2000. Le volume s’ouvre sur trois textes de femmes (Adalet Agaoglu, Leyla Erbil, Furuzan). Ces textes se situent entre l’expérimentation littéraire et linguistique et la critique de la société patriarcale, tout sur le mode de sarcasme et de parodie, comme en témoigne le titre de la seconde nouvelle du recueil : « Nous deux, critiques socialistes de sexe masculin ». Le volume se clôt sur la délicieuse nouvelle autobiographique d’Enis Batur intitulé « Le renard ». Dans ce texte nostalgique d’une Turquie perdue à jamais, l’animal surgi du passé devient pour le narrateur-personnage exilé à Paris la métaphore des mystères de l’enfance.

    L’exil, les inégalités sociales, la montée des fanatismes, l’aspiration à la liberté, la tentation de la marginalité sont quelques-uns des autres thèmes traités par les nouvellistes réunis dans ces pages. Ces thèmes sont graves, leur écriture empreinte d’un pessimisme profond, comme dans la nouvelle de Sabahttin Ali mettant en scène le drame d’un petit porteur d’ayran (boisson à base de yaourt) condamné à marcher tous les jours à travers les forêts enneigées pour écouler sa marchandise. Les cinq à dix sous qu’il rapporte à la fin de la journée font vivre sa famille abandonnée de tous. Il y a du Gorki et du Zola dans ce texte puissant qui se termine tragiquement pour le petit Hassan dévoré par les loups.

    Au social-réalisme de Sabahttin Ali répondent en écho la jeune littérature turque amplement représentée dans les pages de cette anthologie. Les représentants les plus prometteurs de cette jeunesse ont pour noms Hakan Günday, Murat Uyurkulak dont les textes riches en imprécations cyniques cachent une critique radicale des choix politiques et sociaux de l’élite dirigeante. Bruissant de la diversité des voix qu’elle fait entendre, Sur les rives du soleil s’impose d’emblée comme une anthologie incontournable. Sa grande vertu consiste à permettre au lecteur de voir plus clair dans les lettres turques contemporaines, trop longtemps perçues comme une jungle luxuriante mais impénétrable.

     


    Trois questions à Emmanuelle Collas, directrice des Editions Galaade

    Emmanuelle Collas a publié quelques-unes des figures marquantes de la jeune génération de romanciers turcs.

    RFI : Depuis sa création en 2005, Galaade a publié plusieurs auteurs turcs. D’où vient ce tropisme ottoman ?

    Emmanuelle Collas : De formation, je suis historienne de l’Antiquité. Mes recherches portaient sur les relations entre les cités grecques à l’époque hellénistique et romaine. Pendant dix ans, j’ai fait du terrain en Turquie. J’ai appris la langue pour lire la littérature turque que j’ai découverte pendant mes voyages. Comme j’avais été frappée par la puissance et la modernité des écrivains turcs, j’ai voulu tout naturellement les faire connaître lorsque j’ai créé Galaade.

    Comment est né ce projet de l’anthologie ?

    Une nouvelle anthologie pour découvrir ou redécouvrir les lignes de force de la prose contemporaine turque. Galaade

    Ce projet est le fruit d’un atelier de traduction auquel j’ai participé. Il était organisé conjointement par le Centre national du livre (CNL) et son équivalent turc, le TEDA. Au terme des travaux de cet atelier, le directeur du CNL, Jean-François Colosimo, m’a demandé de choisir des textes pour une anthologie de littérature turque en français. J’ai fait un choix subjectif, avec la seule contrainte que je m’étais imposé qui était d’éviter les grandes figures trop souvent traduites. Je voulais renouveler le regard que nous portons sur cette littérature à travers ce que j’appelle un « panorama réinventé ».

    Quels sont les principaux traits marquants de la littérature turque ?

    Ce qui frappe quand on lit cette littérature, c’est d’abord sa langue très particulière, très proche de l’oralité. Les romanciers passent constamment d’un registre à l’autre, chose difficile à restituer en français. Je suis aussi très sensible à l’humour, à l’utilisation du second degré par la jeune génération qui chahute sans arrêt les conventions, les hommes politiques, les valeurs de la société traditionnelle. On est loin de l’imaginaire des Mille et une Nuits.


    Sur les rives du soleil : Ecrivains de Turquie, anthologie de littérature turque. Choix de textes établi par Emmanuelle Collas. 2013, Galaade, 448 pages. 24 euros.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.