GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Van Gogh et Artaud, un coup de folie au Musée d’Orsay

    media Vincent Van Gogh, Portrait de l’artiste, Paris, automne 1887 (© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot) + Man Ray, Antonin Artaud, 1926 (© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Jacques Faujour © Man Ray Trust / ADAGP, Paris 2014)) Photomontage/RFI

    Les deux géants de l’art - lumineux dans leur œuvre et ténébreux dans leur vie- se donnent un rendez-vous inédit au Musée d’Orsay à Paris. A partir de ce mardi 11 mars, Van Gogh / Artaud. Le suicidé de la société dresse un portrait plein de lucidité de Vincent van Gogh - à travers l’œil de l’acteur et poète Antonin Artaud. Dans les salles, une quarantaine de chefs d’œuvres sur toile et une vingtaine d’extraits de films de l’acteur convergent dans une même vision artistique. L’exposition nous dévoile deux génies à l’œuvre. Entretien avec la commissaire Isabelle Cahn.

    Le suicidé de la société. Doit-on ce titre de l’exposition à notre époque ténébreuse ?

    Le point de départ de l’exposition est un texte d’Antonin Artaud qui s’appelle Vincent Van Gogh, le suicidé de la société, écrit lors de la rétrospective Vincent van Gogh organisée au musée de l’Orangerie à Paris en 1947. Je me suis basé sur ce texte pour organiser cette exposition.

    D’un côté, il y a Artaud (1896 -1948), acteur, créateur du théâtre de la cruauté et poète, de l'autre côté se trouve Van Gogh (1853-1890), maître absolu de la peinture. Leur face à face évoque les points communs de ces artistes qui ont tous les deux révolutionné leur art et subi des séjours en hôpital psychiatrique : la folie, la fureur, l’audace, le génie. Ce sont ces points communs qui ont guidé votre exposition ?

    Au départ, c’est vraiment ce texte d’Artaud que je trouvais bouleversant. Il s’agit d’une des meilleures et plus émouvantes analyses sur la peinture de Van Gogh. Après, il y a beaucoup de points communs entre Van Gogh et Artaud : l’expérience de la folie, l’asile, l’expérience de l’art en tant que reconstruction de la personnalité, après de grands effondrements psychiques. Cette façon que l’art peut aider à se refaire, à s’auto-engendrer, puisque pour Artaud cette idée allait même jusqu’au fantasme de l’auto-engendrement. Pour Van Gogh, c’était l’idée de faire passer dans sa peinture les grandes questions fondamentales et métaphysiques qui nous touchent beaucoup encore aujourd’hui.

    Et chez Van Gogh et chez Artaud, on a le sentiment que la personne de l’artiste est littéralement décomposée pour pouvoir fusionner totalement avec l’œuvre d’art en construction.

    Il y a une assimilation entre la personnalité et le style de création. Chez Van Gogh on le voit à la manière de ses autoportraits, avec une barbe très hérissée, un regard très scrutateur. La légende qui s’est créée autour de cet artiste a beaucoup favorisé cette lecture à la fois de sa personnalité et de son œuvre. Avec le texte d’Artaud, précisément, on est amené à regarder ces tableaux d’une manière différente, débarrassé de toutes ces anecdotes pour retrouver les fondamentaux de sa peinture.

    Les cinq époustouflants Autoportraits de Van Gogh, exposés au début du parcours, ont fait dire à Artaud : « Un fou Van Gogh ? Que celui qui a su un jour regarder une face humaine regarde le portrait de Van Gogh par lui-même […] Je ne connais pas un seul psychiatre qui saurait scruter un visage d’homme avec une force aussi écrasante ». Artaud est le premier à avoir détecté cette vérité-là ?

    Oui. Dans les autoportraits de Van Gogh, Artaud va attirer notre attention sur le fait que, dans ses autoportraits, l’artiste ne regarde pas le spectateur en train de le regarder, mais se regarde lui-même, se regarde dans un miroir pour créer son portrait. Donc il attire notre attention sur ce regard de Van Gogh qui se scrute sans concession et qui possède un tel sérieux, une telle lucidité sur lui-même qu’il est encore plus sensible que n’importe quel psychiatre réputé. Mais, dans la société, c’est le psychiatre qui va désigner le fou et le bien-portant.

    Antonin Artaud déclare dans son texte que la société voulait empêcher Van Gogh d’émettre « d’insupportables vérités ». De quelles vérités s’agit-il ?

    Il s’agit de la définition du fou par les psychiatres. C’est le psychiatre qui va montrer des frontières qu’il ne faut pas dépasser. Et tous ceux qui les dépassent sont considérés comme nuisibles à la cohérence du groupe. Donc il faut d’abord les écarter et après les soigner. C’est contre ces limites qu’Artaud va se révolter. Van Gogh a une attitude très différente par rapport à ses crises de folie qui l’atteigne assez tardivement, mais qui sont réelles et qui l’oblige à vivre aussi dans un milieu asilaire comme Artaud. Mais les deux ont une approche différente de la folie.

    La commissaire Isabelle Cahn a consacré une salle à la projection du Champ de blé au corbeaux (1890) de Vincent van Gogh, un tableau qui avait fasciné Antonin Artaud. 11/03/2014 - par Siegfried Forster Écouter

    En 1947, après avoir passé neuf ans en asile psychiatrique, Antonin Artaud écrit ce texte sur l’œuvre de Vincent Van Gogh. A quand peut-on dater sa première rencontre avec ces peintures ?

    Quand il a commencé à écrire son texte, il n’est pas sûr qu’Artaud connaissait l’œuvre de Van Gogh. Il la connaissait comme tout le monde assez peu. Il a commencé à vraiment regarder ses tableaux en visitant l’exposition de 1947, c'est-à-dire au pas de charge, très peu. Mais il était tout de suite happé, parce que l’œuvre l’intéressait et les tableaux exposés constituent le corpus essentiel de ses commentaires sur la peinture de Van Gogh. Il s’est aussi appuyé sur un certain nombre de livres qu’il avait sous la main dans la galerie Pierre Loeb qui lui avait proposé de s’installer chez lui pour écrire ce texte. L’exposition au musée d’Orsay est également construite à partir de toutes ces références connues d’Artaud et qui lui permettaient de préciser son souvenir de tableaux vus à l’Orangerie.

    L’exposition dévoile ce qu’Artaud a vu dans les œuvres de Van Gogh. Qu’est-ce qu’on découvre sur Artaud à travers des œuvres exposées ?

    Il y a une petite salle qui est consacrée aux dessins d’Artaud. Des dessins qui sont extraordinaires et que je trouve tout à fait en résonances avec l’œuvre de Van Gogh, surtout dans ce style très fragmentaire qui est d’ailleurs également le style de l’écriture. Ces fragments, ces lignes diffractées, ces points, cette force vitale qui passe par le trait, un trait discontinu. Tout cela est un point commun avec Van Gogh qui m’a beaucoup frappé. Ce qui m’a aussi beaucoup frappé dans la ressemblance entre les deux artistes, c’est cette manière de contrôler son visage, ses expressions. Dans les extraits de films, la démonstration est assez probante. Entre 1924 et 1935, Artaud avait joué dans une vingtaine de films, des rôles secondaires, mais avec des grands réalisateurs [Abel Gance, Georg Wilhelm Papst, Fritz Lang, ndlr]. Dans ce jeu d’Artaud passe tout le travail sur l’expression qui avait été entamé par Van Gogh dans ses portraits.

    Artaud parle de la lucidité supérieure de Van Gogh. L’exposition du musée d’Orsay parle-t-elle de la lucidité supérieure des artistes ?

    Le but essentiel de cette exposition est de faire ressortir des émotions et de montrer l’essentiel de ce que la peinture veut montrer. C'est-à-dire non pas une image du monde retraduite avec des tubes de couleur et des pinceaux, mais les forces essentielles de ce monde, les tourments aussi de la psyché, les pensées, les rêves, les mondes inaccessibles. C’est ça qui compose l’essentiel de la peinture de Van Gogh.

    Vincent Van Gogh (1853-1890) La Nuit étoilée, Arles, septembre 1888. Huile sur toile, 73 x 92 cm, Paris, Musée d'Orsay, don de M. et Mme Kahn-Scriber en souvenir de M. et Mme Fernand Moch. RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

     _____________________________________
    Van Gogh / Artaud. Le suicidé de la société, exposition au musée d’Orsay, du 11 mars au 6 juillet.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.