GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    «Noé»: un Déluge d’effets visuels controversé

    media Le récit biblique de Darren Aronofsky a couté 115 millions de dollars. DR

    Un nouveau film divise la critique : Noé, de Darren Aronofsky. Une superproduction sur le récit biblique du Déluge et de l'Arche d'ores et déjà interdit dans plusieurs pays musulmans. Certains milieux chrétiens refusent aussi des passages du film. Quant aux cinéphiles, ils rejettent cette vision biblique.

    L'histoire est bien connue et tient en quatre chapitres de la Genèse : le Créateur, en colère, décide de punir l'humanité qu'il juge corrompue en l'engloutissant dans des eaux purificatrices. Mais avant, il demande à Noé de sauver les animaux, un mâle et une femelle de chaque espèce, en construisant une arche qui pourra résister au Déluge. De ce récit biblique, Darren Aronofsky tire un film de plus de deux heures, une superproduction de 115 millions de dollars avec force effets spéciaux spectaculaires.

    Les milieux religieux contre le blockbuster

    Les fondamentalistes chrétiens se disent choqués de la représentation des hommes corrompus. Dans les pays de confession musulmane, le film a été interdit au Qatar, au Bahreïn, aux Emirats arabes unis, et il va l'être très probablement aussi en Jordanie et en Egypte (Al-Azhar a demandé l'interdiction du film), car les milieux traditionnalistes musulmans refusent la représentation du prophète Noé.

    Certains aficionados de Darren Aronofsky ne retrouvent pas dans cette représentation biblique le cinéaste iconoclaste du film halluciné Requiem for a dream, portrait d'une famille de junkies.

    Mais on peut aussi interpréter son Noé comme une fable écologique, et une intéressante réflexion philosophique sur l'éternelle question du bien et du mal, de la jouissance immédiate ou d'une attitude plus respectueuse de la nature.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.