GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    «24 Jours», Ilan Halimi face à la barbarie

    media «24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi», un film d’Alexandre Arcady. Avec Zabou Breitman et Pascal Elbé. Etienne George / Paradis Films

    L'affaire avait bouleversé la France en 2006 : l'enlèvement, la séquestration et l'assassinat d'Ilan Halimi. Les ravisseurs du jeune homme de 24 ans pensaient que celui-ci, parce qu'il était juif, était riche, et que sa famille pourrait payer une forte rançon. Ilan Halimi est mort après avoir été retrouvé, brûlé à plus de 80%, le long d'une voie ferrée, près de Paris. Dans cette affaire, 19 personnes ont été condamnées à des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité pour Youssouf Fofana, chef du « Gang des barbares ». Ce mercredi 30 avril sort le film d'Alexandre Arcady : 24 Jours, la vérité sur l'affaire Ilan Halimi. 24 jours, la durée du calvaire d'Ilan Halimi.

    Ecouter l'interview avec le réalisateur Alexandre Arcady

    Face caméra, Zabou Breitman incarne la mère d'Ilan. Alexandre Arcady a choisi d'adapter le livre de Ruth Halimi, écrit avec la journaliste Émilie Frèche. 24 Jours, c'est l'histoire d'une famille face à la barbarie. C'est un polar sur une enquête ratée. C'est aussi un film pour la mémoire d'Ilan Halimi.

    « On ne pourrait pas rester insensible, remarque le réalisateur Alexandre Arcady. Moi, j’avais eu cette espèce de pensée pour lui en me disant : on va l’oublier. Très très vite, j’ai eu envie de porter témoignage. C’est mon rôle de cinéaste. Pour le faire, j’ai choisi un mode de narration, celui du film policier. On assiste à une espèce de désastre d’enquête, avec, en présence d’une famille, d’une famille ordinaire, une mère qui se voit enlever et séquestrer son enfant pour rien ! »

    Sans caricature et sans effets inutiles, 24 Jours montre que la police et la justice ont mis du temps à reconnaître le caractère antisémite de l'enlèvement et de l'assassinat d'Ilan Halimi. Huit ans après les faits, le président français François Hollande a demandé à voir le film à l'Élysée. Ruth Halimi n'a assisté à aucune projection.

    Un autre film sur l'affaire est en préparation, réalisé par Richard Berry qui fut l'un des acteurs fétiches d'Alexandre Arcady, du Grand Pardon à L'Union sacrée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.