GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Intermittents: le ras-le-bol devant le ministère de la Culture

    media Manifestation d'intermittents du spectacle aux abords du ministère de la Culture à Paris, le 16 juin 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Ils sont comédiens, danseurs, techniciens... les intermittents du spectacle étaient dans la rue, lundi 16 juin, pour protester contre la réforme de leur régime d'assurance-chômage. Un rassemblement place du Palais royal devant le ministère la Culture, à l'appel de la CGT qui rejette l'accord du 22 mars signé entre trois syndicats et le patronat.

    Groupe de musique, marionnettes géantes, les intermittents ont fait le spectacle ce lundi devant le ministère de la Culture. Au coeur des préoccupations, la réforme de leur assurance chômage et notamment un nouveau délai de carence, une période pendant laquelle un intermittent devra attendre avant de toucher ses allocations. « Pour mon cas, ça va être à peu près un peu plus de deux mois de carence, témoigne un jeune infographiste, c’est-à-dire dès que je ne toucherai pas d’Assedic et au bout de deux mois, si je suis toujours au chômage, je les toucherai. Sauf que moi, ça m’arrive très souvent de ne pas travailler pendant un mois ou deux, mais rarement pendant plus de deux mois. »

    Les abus des sociétés de production audiovisuelle

    Parmi les manifestants, la plupart sont favorables à une réforme de l'assurance-chômage mais selon eux, le gouvernement devrait d'abord s'attaquer aux abus de certaines sociétés de productions audiovisuelles. « Ils s’arrangent en disant "voilà je te déclare 15 jours à tant, mais en fait tu auras les autres 15 jours payés par les Assedic, explique une manifestante. Au bout du mois, tu auras ton mois correct". Tous les coursiers, quasiment, des boîtes de prod sont engagés comme intermittents du spectacle. »

    Et le mouvement de contestation ne cesse de s'étendre. De sérieuses menaces d'annulation pèsent désormais sur tous les festivals de l'été.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.