GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Le regard d'Africains à l’époque coloniale

    media Détail de la couverture du livre : Nathalie Carré : « De la Côte aux confins - Récits de voyageurs swahili ». CNRS éditions

    Il y eut au 19e siècle des Africains pour écrire des carnets de voyage dans leur langue. C'est ce que l'on découvre à la lecture d'un ouvrage baptisé De la Côte aux confins - Récits de voyageurs swahili, publié aux éditions du CNRS. L'auteur, la chercheuse Nathalie Carré nous présente la première traduction française de ces textes écrits en swahili. Des récits qui offrent non plus le regard des Européens, mais d'Africains eux-mêmes sur l'Afrique et le monde.

    C'est en 1901 que ces récits de voyageurs swahili sont publiés pour la première fois sous l'impulsion de la colonisation allemande en Afrique de l'Est. Leurs quatre auteurs ont pour point commun d'être des hommes bien nés, des lettrés de la Côte. Certains ont servi d'interprètes pour les expéditions européennes vers l'Afrique de l'intérieur. « Compagnons obscurs », ils ne sont jamais passés à la postérité.

    À travers ces récits, ils sortent de l'ombre. Ce sont eux qui racontent leurs périples dans les années 1890 vers l'Afrique centrale, mais l'un d'eux, Selim bin Abakari se rend même jusqu'au Kazakhstan, et en Sibérie. Comorien d'origine, et travaillant au service d'un officier, il l'y accompagne pour une expédition de chasse. Les « Russes sont plus frustes que les autres Blancs, écrit-il, ils n'ont aucun goût pour l'étude et ressemblent à des broussards ».

    Selim bin Abakari s'émerveille du soleil de minuit, s'étonne de trouver des musulmans dans les steppes de Russie. Il observe et décrit, souvent avec humour, ces populations auprès de qui sa couleur noire fait sensation.

    Des récits étonnants, fascinants en ce qu'ils offrent un autre regard sur l'époque coloniale.

     
    Ecouter l’intégralité de l’interview avec Nathalie Carré

    Nathalie Carré : De la Côte aux confins - Récits de voyageurs swahili, éditions du CNRS, 400 Pages, 25 euros.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.