GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    L’humanitaire et le photojournalisme, une collaboration «engagée»

    media Le Visa d'Or humanitaire du CICR récompense cette année le travail de William Daniels en République Centrafricaine. Une femme pleure la mort d'un proche poignardé par des musulmans alors qu'il dormait dans la maison familiale. © William Daniels / Panos Pictures

    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) récompense chaque année, à Visa sur l'image à Perpignan, un photographe qui, par son travail, sensibilise au respect de la mission médicale en temps de guerre. Cette année, c'est William Daniels qui reçoit le Visa d'Or Humanitaire du CICR pour un reportage sur la République centrafricaine.

    Un Centrafricain blessé attend sur un lit. Il saigne. Aucun personnel médical n'est à ses côtés. Il est seul. 

     C'est l'une des images du reportage primé par le CICR. « Il se dégage de ce travail une sensibilité, un regard et une humanité », explique Frédéric Joli du CICR. William Daniels est un photographe qui connaît bien la problématique du respect de la mission médicale, puisqu'il s'est lui même trouvé pris au piège à Homs en Syrie en février 2012, en quête de soins pour sa compagne d'infortune Edith Bouvier, journaliste, grièvement blessée à la jambe. La situation des populations en République centrafricaine ne pouvait donc que toucher ce photojournaliste habitué aux zones de guerre. Faute d'accès aux soins, elles sont dans le dénuement le plus total. Dans la souffrance physique et le désespoir. Les infrastructures sanitaires sont défaillantes. Elles ont parfois même été détruites par les combats. Les photos de William Daniels parlent du besoin et de l'urgence, l'urgence de sécuriser les populations qui essaient de se déplacer pour accéder à un dispensaire, à une clinique ou un bloc opératoire.

    «On ne tire pas sur l'ambulance»

    Le Comité international de la Croix-Rouge en remettant chaque année depuis 2011 à Visa pour l'image un prix, doté de 8 000 euros grâce à la Fondation Sanofi Espoir, s'attache à promouvoir des principes «indiscutables», codifiés dans le droit international. « Nous avons une approche gratuite qui consiste à faire la promotion d'une morale comme celle de 'ne pas tirer sur l'ambulance' », poursuit Frédéric Joli du CICR. Son statut hybride en fait le gardien des conventions de Genève et du droit international humanitaire. Le CICR qui a pour but de fournir protection et assistance aux victimes de conflits armés, bénéficie de privilèges et d’immunités comme par exemple l’inviolabilité de ses locaux ou le droit d'accéder aux prisons. Le Prix Visa d'Or Humanitaire est donc un outil de sensiblisation aux violationsgraves du droit humanitaire international. 

    En juillet 2014, des déplacés protestent contre le manque de nourriture dans le camp de Don Bosco qui abrite 18 000 personnes ayant fui les violences entre Séléka et anti-balaka à Bangui. © William Daniels / Panos Pictures -

    Partenariat photographes et humanitaires

    Sur le terrain, les photographes sont parfois amenés à proposer au CICR des photos.Mais le partenariat est bien souvent à l'initiative de l'organisation intergouvernementale. En 150 ans d'histoire du CICR, la problématique du respect de la mission médicale reste malheureusement d'actualité. Et la collaboration avec ceux qui racontent les conflits par l'image étaient une évidence. Les violences à l'encontre des soins de santé sont peu illustrées et peu étudiées, même si l'on en parle souvent. Cette collaboration photographes-humanitaires choque certains. Le photographe conserve-t-il sa liberté de ton ? Garde-t-il la bonne distance ? Peut-on tout montrer ? Et dans quel but ? Mais le Comité de la Croix-Rouge assume sa position: « C'est un contrechamps que nous proposons avec ce Prix Visa Humanitaire, un autre regard que celui proposé par la presse. En l'occurrence : regarder la situation sanitaire des victimes de conflit. C'est aussi un encouragement, une façon d'aider les journalistes à se tourner vers un autre traitement des sujets qui font l'actualité ».

    Pour en savoir plus :

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.