GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Photographie et nouveaux médias: Instagram inquiète Visa pour l’image

    media Facebook et Instagram sur l'interface d'un iPhone. REUTERS/Antonio Bronic

    A Perpignan, cette année « le monstre avec un grand G » rôdait sur de nombreuses tables rondes. Comment le photojournaliste s’adapte-t-il aux nouveaux médias ? Quand on voit le travail de Samuel Bollendorff, gagnant du Visa d’or du webdocumentaire, on aurait envie de dire qu’il s’y adapte très bien. La réalité est un peu plus complexe. L’aspirateur à photos Google inquiète les professionnels présents au festival international du photojournalisme. Tout comme Instagram.

    Exercices pratiques. Que fait un photojournaliste en plein conflit centrafricain pour envoyer ses photos à la rédaction qui l’envoie ? Eh bien, il utilise son iPhone ! C’est désormais le quotidien du photographe. Sans la 3G ou la 4G utilisable grâce au smartphone, point de salut. C’est dire le bond technologique du métier en une dizaine d’années. L'avènement des réseaux sociaux et des start-up a bousculé le monde de la photographie et apporté de nouveaux outils qui concernent toute la chaîne de production. Instagram, Facebook sont également utilisés par certains photographes. En Ukraine, Maxim Dondyuk, journaliste ukrainien, lauréat du Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik 2014 à Visa pour l’image, explique qu’il a utilisé ces outils pour contrer la propagande pratiquée par les médias des deux côtés du conflit. Une manière de faire du reportage autrement, en contournant les médias traditionnels. Mais il n’est pas le seul. Pour diffuser leur travail, les photographes en zones de guerre postent des clichés sur les réseaux sociaux. Un autre canal pour « faire voir» ce qu'il se passe à l'autre bout du monde, une manière aussi de développer leur visibilité . Mais pas simple de trouver le juste équilibre quand on peine à vendre ses sujets.

    Blink.la, un Airbnb de la photographie

    Les médias, contraints par des restrictions budgétaires, ont réduit la voilure de manière drastique et se tournent vers de nouvelles solutions. Comme par exemple blink.la. Ses fondateurs, Julien Jourdes et Matt Craig, ex-éditeurs photo du Wall Street Journal, l’ont bien compris. Avec leur plate-forme, ils mettent en contact tous les acteurs de la chaîne de production. Du photographe free-lance à la chaîne de télé, en passant par les agences et magazines papiers. Chacun renseigne la base de contacts. Un jeune photographe présent à Hanoï pourra ainsi être choisi par le New Yorker, et son profil Instagram utilisé pour la home du site internet du journal, par exemple. Il s’agit, selon les deux fondateurs, de produire des contenus originaux, en utilisant le savoir des photographes du monde entier, une sorte de Airbnb de la photo, avec recommandations possibles. Les photojournalistes de Visa pour l’image n’ont pas eu tous l’air ravi.

    Visa pour l'image en soutien aux photographes professionnels

    Visa pour l’image ne fait pas l'autruche. Et s'ouvre aux nouvelles écritures, à la photographie amateur, aux réseaux sociaux. Le festival international s'interroge. Et pose la question du sacro-saint pluralisme de l’information. Qui mieux que les journalistes peuvent donner l’accès à une information complète et contextualisée ? Et tout cela serait gratuit ? Les risques pris également ? La rapidité de l’information, le clic rapide, instantané n’est pas l’information. Les professionnels le savent bien. Et Visa pour l'image ne baisse pas les bras.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.