GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    L’Unesco cherche à protéger le patrimoine culturel irakien

    media Photo prise en 2004 de la Mosquée Al Askari (ou Mosquée d'or) à Samarra, vue depuis la Mosquée Al Mutawakkil. Son dôme (IXème siècle) a été détruit par une bombe le 22 février 2006. Il était constitué de 72000 plaques d'or. Alessandra Peruzzetto

    C'est une guerre militaire, mais c'est aussi une guerre contre la culture que les jihadistes mènent en Irak. De nombreux édifices religieux et sites archéologiques sont systématiquement détruits par les islamistes. Comment protéger ce patrimoine vieux parfois de plusieurs millénaires? La question était au cœur d'un colloque qui se tenait ce lundi 29 septembre à Paris, au siège de l'Unesco. L'organisation onusienne tente de mobiliser la communauté internationale sur le sujet.

    C'est un cri d'alarme que lance Irina Bokova. La directrice de l'Unesco s'inquiète non seulement de la destruction du patrimoine irakien, mais aussi du trafic illicite de biens culturels, véritables menaces pour l'identité irakienne. « Je viens de lancer un appel au Conseil de sécurité pour protéger le patrimoine et adopter une interdiction internationale du trafic illicite d'objets culturels irakiens ».

    Mais comment évaluer les dégâts et donc les besoins les plus urgents alors que des zones entières restent inaccessibles? Pour cela, les experts de l'organisation onusienne peuvent compter sur des informateurs locaux, mais aussi sur les données satellitaires, précise Philippe Lalliot, ambassadeur de la France auprès de l'Unesco. « On peut tout à fait utiliser des données satellitaires qui donnent des images très précises de l'état des sites et par comparaison entre les images que l'on avait il y a deux ou cinq ans avec celles qui remontent à quelques jours ou à quelques heures. Ainsi on peut mesurer l'ampleur des dégâts. La première chose à faire pour développer une action d'aide et ensuite de réhabilitation c'est de faire un inventaire très précis ».

    Pour faire cet état des lieux qui pour le moment fait cruellement défaut, la France proposera une résolution au mois d'octobre prévoyant l'envoi d'une mission à Bagdad.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.