GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    L’écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa décorée de la Légion d’honneur

    media L'écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa. J. Sassier/Gallimard

    C’est à Moscou que Ludmila Oulitskaïa est devenue officier de la Légion d'honneur. Avant cette cérémonie qui s’est déroulée le vendredi 28 novembre, l’œuvre de l’écrivaine russe, traduite en plus de 30 langues, a déjà été distinguée plusieurs fois en France, notamment avec le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes en 2011 et le prix Médicis étranger, décerné pour son roman « Sonietchka », en 1996. Née en 1943 en Russie, elle a été une des rares intellectuelles à ne pas céder aux sirènes du nationalisme et à se montrer critique à l'égard de la politique actuelle du pouvoir. 

    Celle qui n'a jamais craint d'exprimer haut et fort ses opinions de femme libre avait la larme à l'œil quand la Légion d'honneur a été épinglée sur sa robe. « Je suis très reconnaissante à la France, qui d’une certaine façon m'a fait connaitre. Mon premier livre est sorti en France, traduit en français, un an avant d'être édité en Russie. Mon premier grand prix littéraire a été le prix Médicis, octroyé par la France. Donc les débuts de mon succès littéraire et de ma carrière littéraire sont liés à la France. »

    « Écrivain engagé », Ludmila Oulitskaïa ne renie pas l'appellation, elle qui a entretenu une correspondance avec le prisonnier Mikhaïl Khodorkovski, elle qui n'a pas applaudi quand la Crimée a été annexée, et dont le dernier Roman Le chapiteau vert, rend hommage aux dissidents de l'époque soviétique.

    « En Russie il y avait une tradition ancienne de grand respect à l’égard des écrivains, considérés comme des maîtres à penser. Mais aujourd'hui, l’écrivain n'a plus ce rôle. La position inférieure de l’artiste à l’égard du pouvoir est une situation très caractéristique d'un État totalitaire et autoritaire. Donc plus il y a de liberté, plus libre est l'artiste. Plus libre est l'artiste, plus libre est le pays. Ce n’est pas une question purement russe, c’est un problème dans plusieurs pays du monde. Et je serais ravie que le niveau de cette liberté augmente. Pour l’instant ce n’est pas le cas. »

    ►  Les livres de Ludmila Oulitskaïa sont édités en français chez Gallimard.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.