GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Le Château de Versailles en 100 chefs d’œuvre

    media Louis XV enfant, huile sur toile d'Augustin Oudart Justinat, vers 1717. MV 8562, château de Versailles. Oeuvre exposée dans le cadre de « Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre ». versaillesarras.com

    Versailles dans toute sa splendeur - délocalisé dans le nord de la France, c'est le pari d'une vaste opération de décentralisation culturelle sur une durée de dix ans, un partenariat entre la région Nord-Pas de Calais, le Château de Versailles et la ville d'Arras. Ensemble, ils ont conçu une exposition au Musée des beaux-arts de la ville. « Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre : Arras vous fait la cour » dure jusqu’au 20 mars 2016.

    Pourquoi Arras ? Eh bien, parce que cette ville de 40 000 habitants est pleine de surprises culturelles. Déjà, elle est située dans une région particulièrement riche en musées – avec plus de 150 musées thématiques, dont une quarantaine, labellisés « Musée de France », pour ne pas oublier le Louvre Lens à une quinzaine de kilomètres d'Arras. La ville compte aussi plus de 225 monuments classés ou historiques, ce qui en fait la septième ville française en nombre de monuments. Ici, la culture est au premier rang, souligne le maire d'Arras Frédéric Leturque : « Le premier budget de la ville d’Arras est celui de la Culture avec 16 millions d’euros. On est l’une des rares villes en France de disposer d’une salle de mille mètres carrés pour accueillir des expositions extraordinaires. Par exemple, pour accueillir cette pièce monumentale d’Apollon, il faut avoir une salle avec un sol qui résiste. »

    Apollon servi par les nymphes, ce chef d'œuvre du 17e siècle en marbre quitte pour la première fois Versailles, car il se trouve que la sculpture exposée dans les jardins n’est rien d’autre qu’une copie - pour protéger l’original d’éventuelles agressions climatiques, voire humaines, des tags, etc. comme c'est déjà arrivé dans le passé.

    Une scénographie spectaculaire

    L’exposition fait voyager 100 chefs-d’œuvre de Versailles à Arras, mais, rassurez-vous, le Château ne se trouve tout de même pas dévalisé, sachant qu'il dispose d'une collection d'environ 70 000 œuvres.

    Le charme de l’exposition réside également dans une scénographie spectaculaire et sensuelle à la fois qui passe par six ambiances : il y a de l'eau et de l’or, des fêtes et des fleurs. Et en ouverture, une vraie mise en scène du pouvoir royal. « C’est l’ambiance des grands appartements du Versailles de Louis XIV, désireux de montrer les matériaux les plus riches, les pierres dures, les métaux précieux, explique Béatrix Saule, conservatrice en chef de l'exposition. Après c’est le bois qui triomphe partout dans des chefs d’œuvres du bois sculpté. Même si les gens sont absolument dénoués de toute connaissance en histoire de l’art, ils sentent immédiatement la beauté des choses. »

    On est ébloui par le lustre qui se reflète à l'infini dans les miroirs d'une pièce qui évoque la galerie des Glaces, avant de plonger dans une ambiance aquatique. « Là, on descend dans les sous-sols de Versailles où l’on essaie d’expliquer que l’eau n’arrive pas par enchantement, remarque le scénographe Frédéric Beauclair.  Il y a beaucoup de canalisation sous terre. Et les eaux expriment quelque chose. Un jet très aigu, très haut, exprimera le cri, la douleur d’un géant qui est écrasé par les rochers. » Il y a trois écrans avec des jeux d'eau, un tapis qui retrace le cheminement de l'eau et au centre surgit une œuvre majestueuse tout en marbre, Latone et ses enfants qui, selon la légende, implore le dieu Jupiter de la venger des paysans injurieux qui, du coup, finissent en grenouilles et lézards.

    330 animaux de plomb

    L’exposition a été aussi l’occasion de sortir des réserves un bestiaire absolument extraordinaire qui fait partie du bosquet du labyrinthe conçu par le célèbre jardinier du roi, André Le Nôtre. Avec 330 animaux de plomb, il s’agit du plus grand ensemble de sculptures animalières jamais conçu, représenté à Arras par une dizaine d’animaux, cachés entre des murs végétaux et des impressions numériques de feuilles illuminées.

    La visite se termine en feu d’artifice. Entre autres, on peut admirer des gravures du Grand Canal ou encore le parc avec ses 16 000 lampions allumés en moins de trois minutes. Et pour illustrer les grands bals de Versailles, le scénographe a même imaginé une ambiance un peu discothèque avec des boules à facettes. « Oui, c’est un peu le gag de l’exposition, admet le scénographe en riant, mais je suis certain, si Louis XIV avait connu les boules à facettes, il en aurait mis de milliers chez lui. »

    ► Ecouter le reportage : Versailles à Arras

    Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre, au Musée des beaux-arts d'Arras jusqu'au 20 mars 2016.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.