GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au Mali, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta («IBK») remporte le second tour de la présidentielle avec 67,17% des voix. Son opposant Soumaïla Cissé obtient 32,83% des suffrages. Le taux de participation est de 34,54 %. L'annonce des résultats du second tour du 12 août a eu lieu ce matin à 9h30 heure locale. Cinq ans après son accession au pouvoir, IBK est donc réélu pour un second mandat.

    Dernières infos
    • Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
    • Afghanistan: attaque contre un centre d'entraînement des services de renseignement à Kaboul (officiel)
    Culture

    La mémoire du génocide arménien s’expose en Turquie

    media «Le fantôme d’Arménie», région de Tunceli (Dersim), Turquie, 2011. ©Antoine Agoudjian/Le Cri du Silence/Flammarion

    A l’occasion du centenaire du génocide de 1915, un photographe d’origine arménienne expose, en Turquie, des œuvres nourries de ces événements. Antoine Agoudjian, 54 ans, présente depuis mercredi 22 avril Le Cri du silence, traces d’une mémoire arménienne, à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie. Une ville à majorité kurde, qui a reconnu le génocide des Arméniens, alors que l’Etat turc, lui, refuse toujours d’employer ce terme.

    Avec notre envoyé spécial à Diyarbakir, Sébastien Jédor

    Moustache et bouc poivre et sel, les cheveux tirés en arrière en un petit catogan, Antoine Agoudjian sillonne le Moyen-Orient depuis 27 ans, à la recherche d’une communauté arménienne que le génocide a failli totalement décimer il y a un siècle.

    Syrie, Arménie, Turquie, ciels chargés, visages ridés, funérailles, mariages, orphelinats ou monastères, noirs et blancs puissants. « Mes grands-parents étaient rescapés du génocide arménien et le dernier visage qu’ils ont vu de la Turquie, c’est le visage des assassins. Le ressentiment, c’est un poison qui vous détruit à l’intérieur. Plutôt que de vivre sur ce ressentiment, j’ai choisi d’être dans la vie, reconstruire ce que d’autres ont détruit, avec des amis kurdes et des amis turcs », raconte le photographe.

    Alors que les Kurdes avaient prêté main-forte aux génocidaires il y a 100 ans, la municipalité de Diyarbakir, dirigée par les Kurdes du Parti pour la paix et la démocratie, soutient aujourd’hui l’exposition d’Antoine Agoudjian. Rien de plus normal pour Muharrem Cebe, le directeur de la Culture de la ville : « Nous, nous avons fait face à cette page de notre histoire. Et puis nous avons vécu les mêmes persécutions, nos villages ont été détruits avec presque les mêmes procédés que lors du génocide arménien. »

    Nichées sous les voutes de la muraille romaine qui entoure la ville de Diyarbakir, les photos d’Antoine Agoudjian prennent une portée autant artistique que politique.

    Le Cri du silence, traces d’une mémoire arménienne 23/04/2015 - par Sébastien Jédor Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.