GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Autriche: accord de gouvernement entre droite et extrême droite (partis)
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    Culture

    La Syrie subit «un pillage archéologique à l’échelle industrielle»

    media Les trois tours funéraires à Palmyre le 4 août 2010. Des images satellites ont confirmé la destruction de tours funéraires par le groupe EI. REUTERS/Sandra Auger

    Le groupe Etat islamique se livre en Syrie à un pillage archéologique à l'échelle « industrielle », s'est alarmée mercredi 16 septembre la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, soulignant la nécessité de lutter contre le trafic d'objets d'art qui sert à financer le jihadisme.

    Des images satellites et l'afflux d'objets antiques observé sur les marchés clandestins témoignent d'un « pillage à l'échelle industrielle » en Syrie, via des « milliers de fouilles archéologiques illégales », a déclaré Mme Bokova lors d'une conférence sur le sujet à Sofia.

    « Limiter le trafic d'objets d'art est en ce moment la priorité numéro un », d'autant qu'il « sert au financement des extrémistes », a souligné la directrice générale de l'Unesco, qui a appelé les pays membres de l'Union européenne, en particulier, à « consolider leur législation pour arrêter ce trafic », soulignant qu'ils avaient « beaucoup » à faire dans ce domaine.

    Parallèlement aux destructions à caractère idéologique de sites antiques, l'organisation Etat islamique se livre à un important trafic marchand d'objets anciens, excavés de façon sauvage dans ce pays au très riche patrimoine antique, et qui le finance au même titre que les trafics d'armes, de pétrole ou d'êtres humains.

    « De nombreuses images prises par satellite (...) montrent des sites archéologiques en Syrie parsemés de milliers de fouilles archéologiques illégales, littéralement des trous, qui témoignent d'un pillage à l'échelle industrielle », a témoigné Mme Bokova.

    Outre les importants revenus générés, cette activité « fait partie d'une stratégie de purge culturelle, pour détruire le passé, le présent et l'avenir de cette région connue comme un berceau de la civilisation humaine », a-t-elle souligné.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.