GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    El Club de Pablo Larrain: le cercle des curés disparus

    media Le père Garcia, interprété par Marcelo Alonso, que l'on retrouve aussi dans «La danza de la realidad» d'Alejandro Jodorowsky.. DR

    Avec le film El Club, qui sort sur les écrans français ce mercredi, Pablo Larraín ouvre un nouveau cycle. Dans ses trois films précédents, le cinéaste chilien explorait l'histoire de la dictature militaire, du glaçant Tony Manero en passant par Santiago post-mortem (racontant l'autopsie des corps des suppliciés de la dictature et celui de l'ancien président Salvador Allende) et la chute formelle du régime de Pinochet scellée par le « No » au référendum de 1988, qui ouvrit la voie à la transition démocratique. Avec ce nouveau film, Pablo Larraín gratte toujours sous le vernis de la société chilienne et brosse les portraits des membres d'un club très fermé de religieux en rupture de ban, dans un village de pêcheurs isolé de la côte Pacifique.

    « Mon père, ici nous menons une vie sainte » répond d'une voix tellement égale et douce qu'elle finit par en être inquiétante, la seule femme du film aux questions de l'inquisiteur, le père Garcia. Ce « beau » prêtre, c'est ainsi qu'il est présenté à nos personnages, arrive dans une maison où vivent quatre hommes, une femme et un lévrier de course, pour faire la lumière sur la mort brutale de l'un des occupants de la maison.

    Le film, récompensé par l'Ours d'argent au dernier festival de Berlin, avance à mesure de l'enquête du père Garcia, comme un thriller. On découvre avec le jeune prêtre le passé trouble de chacun des occupants de la maison : homosexualité, trafic de bébés voire avortements clandestins, crimes de la dictature pour l'aumônier militaire, pédophilie, etc. Le père Garcia, qui représente l'Eglise moderne et « propre », est chargé par sa hiérarchie d'enquêter sur la mort d'un pensionnaire mais surtout de liquider, au sens figuré, cette maison de pénitence ou retraite pour prêtres déviants.

    Au début du film, le père Garcia a le visage sévère et sans état d'âme du liquidateur. Peu à peu le flou et le trouble qui caractérisent les autres personnages le gagnent lui aussi. Quand ils n'apparaissent pas à contre-jour voire dans une demi-pénombre, les personnages semblent filmés derrière un léger voile. Troubles comme leur passé. L'image du père Garcia perd de sa netteté, comme s'il succombait à l'atmosphère de la maison.

    Le père Vidal, Alfonso Castro, et le père Garcia, Marcelo Alonso, le liquidateur. DR

    Le film est tourné dans un petit village de pêcheurs dans le centre du Chili, La Boca, sorte de « bouche » d'un enfer glacé : mer rageuse et grise, sable noir, paysages noyés dans la brume ou dans la poussière d'eau. La palette des couleurs est froide : des gris et beige, le jaune sale de la maison, sable mouillé. « On a tourné tôt le matin ou en fin de journée, au crépuscule, uniquement en lumières naturelles » explique le réalisateur. Une atmosphère glaçante que renforce la musique, airs sacrés de Bach ou Arvo Pärt.

    Châtiment et rédemption

    « Agneaux de Dieu » égarés, les personnages sont interprétés par des acteurs remarquables dont deux au moins travaillent surtout au théâtre : Alfredo Castro, complice de tous les films de Pablo Larraín, et Roberto Farías. L'irruption du personnage de ce dernier, Sandokan , mi-homme, mi-enfant, fait voler en éclat le bel agencement du « club » des petits prêtres, « los curitas » comme les appellent les gens extérieurs à la communauté, à la routine bien établie. C'est lui, Sandokan, qui par ses incantations sur les sévices sexuels qu'il a subis, exprimés très crûment, provoque le dénouement du drame.

    Pablo Larraín: «Le fil conducteur entre tous mes films c’est l’impunité… La question est de savoir si on est tous égaux face à la loi et aussi face au regard de Dieu. C’est une question qui dépasse le cadre du Chili et de la dictature…» 18/11/2015 - par Sébastien Jédor Écouter

    Entre innocence et perversité, il apparaît presque comme une figure christique et c'est lui qui portera le châtiment et (donc ?) la rédemption. Etrange personnage aussi que celui de la femme, grande prêtresse de l'ordre de la maison, qui change les ampoules grillées, les couches du vieux prêtre, console les peines, mais également ordonnatrice du chaos destiné à assurer leur salut : pouvoir rester dans la maison.

    Eviter la justice des hommes: Pablo Larraín raconte au micro de Sébastien Jédor comment il a appris l'exfiltration en Allemagne d'un prêtre chilien 18/11/2015 - par RFI Écouter

    Car dans cette maison jaune vivent ceux que l'Eglise catholique chilienne veut cacher. Une Eglise qui craint par-dessus tout le scandale médiatique et donc isole, pour qu'ils échappent à la justice et à la presse, ceux qui ont failli, « ceux qui, au regard de l'Eglise, ont commis un péché, mais au regard de la justice civile ont commis un délit », explique Pablo Larraín. Le point de départ du film a été, raconte le réalisateur, une photo du chalet alpin dans lequel avait trouvé refuge un archevêque chilien en Allemagne alors qu'il était poursuivi pour abus sexuel dans son pays.

    C'est la menace de révéler à la presse ce qui s'est passé dans la maison et le passé de ses occupants qui fera vaciller le liquidateur. La nouvelle Eglise chilienne transige avec les mêmes démons que l'ancienne, la peur du scandale. Les plaies des petits Sandokan devenus grands auront du mal à guérir.

    ► à (ré)écouter : El Club était aussi le sujet du Rendez-vous de Sébastien Jédor

    L'entraînement du chien lévrier pour les courses est la principale occupation du père Vidal interprété par Alfredo Castro. DR

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.