GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    A Paris, la fréquentation des lieux culturels en berne

    media Les réservations de vol à destination de Paris, l'une des villes les plus visitées au monde, ont chuté d'un quart dans la semaine suivant les attentats du 13 novembre. REUTERS/Eric Gaillard

    Moins de deux semaines après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, la fréquentation des lieux culturels est en baisse dans la capitale. Une situation qui inquiète les professionnels dans une période traditionnellement propice aux réservations grâce aux spectacles de fin d'année.

    Entre la peur et la volonté de résister, les spectateurs hésitent. Ce sont les salles de concert grandes et petites qui souffrent le plus. Car le vendredi 13 novembre au Bataclan, un moment de partage musical festif s’est transformé en scène de crime.

    Les responsables du Prodiss, le syndicat d'employeurs du spectacle musical et de variété, relèvent ainsi une baisse de fréquentations de plus de 50 %. Ils réclament 50 millions d'euros d'aide pour compenser le manque à gagner et pour assurer la sécurisation des salles, avec l’installation de portiques électroniques, le recrutement de vigiles et l’instauration de billets nominatifs.

    Les grandes maisons de musique classique sont plus épargnées, mais les réservations sont en berne. Ici comme à l'Opéra, le public de province et les spectateurs étrangers ne sont pas au rendez-vous. Le théâtre public, qui fonctionne avec beaucoup d'abonnés, tient bon, mais les salles privées parisiennes font grise mine. Le temps du deuil est peu propice au divertissement.

    Les musées non plus ne font pas le plein. D'autant que les scolaires n'ont plus le droit de sortie. Les spectacles familiaux ou pour jeune public, habituellement très fréquentés en décembre, sont les plus délaissés. Reflux temporaire ou phénomène durable ? Il est encore un peu trop tôt pour le dire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.