GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Cinéma: en Tunisie, bilan positif pour les JCC en dépit des menaces

    media Le réalisateur marocain Mohamed Mouftakir pose avec son Tanit d'or reçu pour son film «L'Orchestre des aveugle», le 28 novembre 2015. AFP PHOTO / FETHI BELAID

    Clap de fin pour les Journées cinématographiques de Carthage (JCC), en Tunisie. Après une semaine de marathon cinématographique, ce festival majeur du continent africain s'est achevé hier soir à Tunis. On y a comptabilisé 350 films, plus de 1 000 projections sous haute protection après l'attaque d'un bus de la garde présidentiel, mardi. Malgré les circonstances, tous évoquent donc un bilan positif.

    « C’est vraiment la course du combattant. » Une course du combattant pour Imen, cinéphile convaincue, qui a navigué toute la semaine d'une salle à l'autre. Et dans toutes ces projections, elle a bien sûr eu quelques coups de cœur : « Le puits de l’Algérien, un film marocain aussi, L’Orchestre des aveugles. »

    Et justement, L'Orchestre des aveugles du marocain Mohamed Mouftakir est le film récompensé par le Tanit d'or, le premier prix de la compétition officielle. Une compétition très suivie par les Tunisiens assure Imen : « Je suis contente du public, énormément nombreux, ça fait quand même du baume au cœur. »

    Culture et ouverture

    L'attentat de mardi soir, au cœur de Tunis, à quelques centaines de mètres de la plupart des salles de projection, aurait pu donner un coup d'arrêt aux JCC.

    Au contraire, les spectateurs se sont bousculés encore plus nombreux comme Fayçal, venu du sud du pays exprès pour le festival : « Les gens sont plus tenaces, là. Ils tiennent beaucoup à affirmer leur continuité, à s’attacher à la culture, à l’ouverture. Il y a beaucoup de films étrangers et on aimerait beaucoup voir tout ce qu’il se passe ailleurs. »

     → A (RE)LIRE : Tunisie: «Much Loved» fait salle comble malgré l'attentat de Tunis

    Des films venus du monde entier : au total, 58 nationalités se sont côtoyées cette année aux JCC.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.